0

34 % des Allemands, 26 % des Américains seraient pauvres sans transferts sociaux

par Laurène Fauconnier - 09 Janvier 2012

Les statistiques de l'OCDE sur la pauvreté dans 16 pays riches font froid dans le dos, d'autant qu'elles datent d'avant la crise. Depuis, le chômage, première de cause de la pauvreté, augmente et les transferts sociaux sont une cible privilégiée des plans d'austérité.

 

Les chiffres bruts, avant impôts et transferts sociaux, sont considérables. Plus du quart des Américains ont des revenus inférieurs à 50% du salaire moyen. La situation est pire dans bien des pays européens, 34% des Allemands, 33% des Belges, 31% des Français.

 

pauvrete

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On voit immédiatement combien les transferts sociaux atténuent le taux de pauvreté et à cet égard combien le modèle social européen joue un rôle déterminant.
Le taux de pauvreté des Allemands, des Belges, des Français est in fine inférieur à celui des Américains, des Canadiens ou des Australiens.

 

En ces temps d'austérité, de restrictions budgétaires, d'amenuisement des protections sociales, l'enjeu de lutte contre inégalité et pauvreté est majeur.

 

L'Insee vient de publier les chiffres 2009 pour la France, le taux de pauvreté calculé selon les mêmes critères que l'OCDE est passé de 7% à 7,5% en un an.

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : pauvreté, inégalité, chômage, Ocde, transferts sociaux