0

A quoi sert la présidence tournante de l'UE ?

par Laurène Fauconnier - 30 Décembre 2011

Le Danemark accède après la Pologne à la présidence tournante de l'Union.

 

logo dk

On peut noter que le Danemark n'appartient pas à la zone euro, ce qui par les temps qui courent, limitera d'autant les initiatives qu'il pourrait proposer pour sortir de la crise. A l'instar de la Grande Bretagne, c'est l'un des principaux utilisateurs des opt out, exceptions à la règle commune, mais son premier ministre récemment élu, madame Helle Thorning-Schmidt, social démocrate, affiche une europhilie qu'elle a déjà mise en œuvre en supprimant le contrôle aux frontières qu'avait instauré son prédécesseur.

 

Le traité de Lisbonne a redistribué les prérogatives, le rôle des présidences tournantes est essentiellement de faire avancer le processus législatif en négociant des compromis avec Parlement européen et Commission. Un rôle qui peut d'ailleurs également permettre de retarder le processus en question.

 

Le Danemark va bénéficier pendant six mois de la lumière des projecteurs, ce qui lui permettra de mettre en avant ses convictions environnementales, quelque peu oubliées en Europe ces derniers temps. Puis le relais sera passé à Chypre, à l'Irlande, la Lituanie, la Grèce...

 

La gouvernance européenne est décidément peu lisible.
On peut s'interroger également sur le rôle du président du Conseil ou du haut représentant pour la politique étrangère. Indépendamment des questions de personnes - Herman von Rompuy et Catherine Ashton ne remportent pas les mêmes scores à l'audimat européen - les dirigeants nationaux, au premier rang desquels on peut distinguer les dirigeants allemands et français, se sont bel et bien arrangés pour que l'Europe n'ait pas de numéro de téléphone.
L'intergouvernemental quasi réduit au couple franco-allemand est devenu le mode de gouvernance de l'Europe. Crise oblige, vraiment ?

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : Présidence de l'UE, gouvernance, traité de lisbonne, Danemark, Laurène Fauconnier