2

Conditions de travail : résumé synthéTIC !

par Tristan Klein - 20 Juin 2013

L'informatique a investi le monde du travail depuis plusieurs décennies et près de deux actifs occupés sur trois l'utilisent désormais régulièrement dans leur activité professionnelle. Cependant, les technologies de l'information et de la communication (TIC) ont profondément évolué depuis quinze ans, avec d'une part, le développement des outils de communication (mail, internet, web 2.0), et d'autre part, plus récemment avec la diffusion très rapide des outils et systèmes de mobilité (smartphones, tablettes, etc.).

 

tic rapport cas


En outre, l'usage des TIC contribue à changer la nature du travail et des compétences mises en œuvre pour l'exercer. La pratique de la lecture et de l'écriture et, plus largement, l'abstraction dans le travail se développent : le commercial ne « voit » plus le client, le vendeur ne « voit » plus le stock, l'opérateur ne « touche » plus la vanne... Les TIC ne peuvent donc être assimilées à des outils comme les autres, car elles doivent être intégrées aux pratiques du management dont elles démultiplient et amplifient les effets, qu'ils soient positifs ou négatifs.


Les effets des TIC sur les conditions de travail sont souvent positifs, par exemple quand ils permettent aux salariés d'accéder plus simplement à l'information et de trouver des solutions rapides et adaptées à leurs problèmes. Toutefois, l'image des TIC comme de « technologies douces » doit être discutée, les usages des TIC pouvant aussi parfois se révéler négatifs.


Un récent rapport de la Direction générale du travail et du centre d'analyse stratégique(1) met en évidence un certain nombre de risques liés aux TIC en situation de travail : augmentation du rythme et de l'intensité du travail, renforcement du contrôle de l'activité pouvant réduire l'autonomie des salariés, affaiblissement des relations interpersonnelles et/ou des collectifs de travail. Parmi ces risques, on identifie également le brouillage des frontières spatiales et temporelles entre travail et hors-travail, ainsi que les effets de la surinformation qui se traduit notamment par l'accroissement excessif du flux des courriels.
En effet, si les TIC n'en sont pas directement la cause, elles renforcent les contraintes organisationnelles ou des normes de productivité. Les TIC ne peuvent pas être considérées comme la cause du renforcement du contrôle qui découle, en réalité, de la mise en œuvre de normes de production ou de qualité ainsi que des intentions managériales qui les orientent. Leur efficacité dans ce domaine va cependant démultiplier les effets du contrôle, parfois au-delà des besoins et des intentions. Les utilisateurs de TIC sont en effet, dans leur majorité, plus autonomes dans leurs fonctions que leurs collègues non utilisateurs. Mais cette autonomie se double, non sans une certaine contradiction, d'une augmentation du contrôle du travail réalisé, rendu possible ou induit par les TIC.


Les usages des TIC ne sont pas simplement liés aux pratiques individuelles. Ils façonnent aussi les relations collectives de travail dont les dimensions culturelles peuvent influencer ces usages, voire interagir avec eux. Le modèle « hiérarchique », qui a été très présent dans les entreprises françaises, est ainsi déstabilisé par l'individualisation de la relation de travail à laquelle les TIC contribuent de manière très importante. De même, en cas de process et d'outils standardisés, les TIC amplifient l'appauvrissement des liens sociaux des salariés. En revanche, ces technologies participent étroitement au développement d'une forme nouvelle de collectifs, qui prédomine dans les métiers du numérique (gestion de projets). Plus largement, ces technologies ont plutôt pour effet d'élargir les collectifs de travail.


Le brouillage des frontières entre sphère professionnelle et sphère personnelle s'inscrit dans une évolution générale du rapport au temps, favorisée par le développement des outils de mobilité et le télétravail. Les TIC contribuent en outre à transformer les normes de disponibilité par une pression du temps réel et de l'immédiateté brouillant la régulation collective du temps de travail.
Les TIC ont enfin des impacts directs modérés sur la santé des utilisateurs et demeurent mineurs au regard d'autres situations de travail de type industriel. Elles ont des effets indirects plus ambigus et contrastés, notamment comme facteur de stress. Toutefois, les études sur l'impact des TIC sur la santé au travail, peu nombreuses, affichent des effets plutôt favorables au bien-être des utilisateurs, sans qu'il soit possible d'attribuer avec certitude ces résultats aux TIC.

 

(1) Klein T. et Ratier D. (2012), L'impact des TIC sur les conditions de travail, Rapport, Centre d'analyse stratégique et Direction générale du travail, La Documentation française, février .


Tristan Klein est co-rapporteur du rapport "Impacts des TIC sur les conditions de travail"

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Tristan Klein

Mots clés : TIC, numérique, conditions de travail, compétences, Tristan Klein

 
 

Réactions

  • 25/12/2014 21:05

    par noémie

    Les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont devenues omniprésentes dans le monde professionnel entrainant de profondes modifications des conditions de travail et d’organisation dans les entreprises. Ces nouveaux outils présentent des risques pour le nombre grandissant d’employés et de cadres qui les utilisent intensivement : La prévention des risques professionnels des technologies de l'information et de la communication : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=483

  • 26/06/2013 09:56

    par Internet Communication

    Les NTIC, outils de communication asynchrones sont désormais tous à usage synchrone, idem pour les confusions entre vie privée et vie professionnelle... Le Byod (Bring your own device), nouvel enjeu de liberté pour les salariés ? Prise de risque pour les entreprises ? C'est une frontière de plus qui s'estompe entre vie privée et vie professionnelle... La sphère du travail a définitivement envahi l'individu connecté...