0

Des délocalisations non destructrices d'emplois ?

par Laurène Fauconnier - 18 Mai 2008

call center

Rendre les délocalisations et les externalisations socialement responsables, tel est l'objet du projet MOOS (Making Offshore Outsourcing Sustainable) lancé en 2004 par sept organisations syndicales européennes du secteur technologies de l'information, télécommunications, multimedia et coordonné par Uni Europa, organisation européenne de la fédération internationale des travailleurs des services.

Jean Paul Bouchet de la CFDT, partenaire de MOOS, précise dans « La missive de la gestion attentive » l'objectif du projet : « Aider les organisations syndicales confrontées aux problèmes de délocalisations d'activités et de transfert d'emplois à mieux voir, comprendre et analyser les processus concernés, pour mieux ajuster leurs revendications, mieux cibler la nature de leur intervention. Il s'agit de développer ainsi pas à pas une stratégie syndicale adaptée, afin de rendre les processus d'externalisation offshore économiquement et socialement durables pour tous les acteurs

Les organisations syndicales partenaires de MOOS ont analysé le cas d'une centaine d'entreprises ayant procédé à des délocalisations. Cette enquête, rapporte Jean Paul Bouchet, met en évidence « un solde net créditeur en emplois pour les pays et entreprises ayant délocalisé une partie de leur activité. De quoi faire tomber certaines représentations, sur ce thème, même si l'on sait que ces secteurs ne réagissent pas de la même façon que les secteurs de production de produits manufacturés par exemple. »

L'Europe de l'Est et l'Inde sont les zones principales de délocalisation. S'agissant de l'Inde, MOOS relève quelques faits révélateurs, peut-être des signaux faibles porteurs d'inflexions : la délocalisation de centres d'appels indiens en Irlande (1000 emplois concernés), ceci pour mieux répondre aux besoins des clients britanniques de la compagnie indienne ICICI ou encore, l'an dernier, la grève de 500 000 employés de banque indiens, s'opposant à l'externalisation d'activités dans ces mêmes compagnies indiennes spécialisées dans leur accueil.

Le projet MOOS a donné naissance à l'Observatoire européen de l'offshore outsourcing, à une newsletter, un site web, des outils d'enquêtes auprès des affiliés, des grilles de négociation d'accords et des guides d'aide à la négociation

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : laurène fauconnier, MOOS, dialogue social, développement durable, mondialisation, délocalisation, externalisation, syndicats, telecom, technologies information, outsourcing,Jean Paul Bouchet, CFDT