0

Des salaires minima différenciés ? Controverse en Europe

par Laurène Fauconnier - 17 Avril 2012

Le commissaire européen à l'emploi Laszlo Andor publie un "paquet" proposant diverses pistes pour relancer l'emploi en Europe. Ce sont 23 millions de chômeurs qui sont concernés. Ce document "Vers une reprise génératrice d'emplois" sera non contraignant car ce sont les Etats qui détiennent la plupart des compétences relatives à ce sujet.

 

Andor

« L'idée est de proposer une coordination des politiques de l'emploi, un peu sur le modèle de ce qui se passe pour les politiques budgétaires » annonce la Commission. " L'objectif du paquet est de préparer le terrain pour un vrai marché européen de l'emploi où les travailleurs pourront, en toute confiance, changer d'emploi et se créer de nouvelles perspectives dans l'ensemble de l'Europe, tout en progressant dans leur carrière. Le paquet a aussi pour but de renforcer le rôle des politiques de l'emploi dans la gouvernance européenne et d'examiner comment les partenaires sociaux pourraient être plus impliqués aux moments clés de la prise de décisions au niveau européen."

 

Une proposition retient l'attention, elle consiste à différencier les salaires minimums : " des salaires minimum différenciés, tels qu'appliqués dans certains Etats membres de l'UE, peuvent constituer un moyen efficace de soutenir le marché de l'emploi ".

 

S'agit-il de prôner des salaires différenciés par branches comme le fait l'Allemagne, ou encore des salaires différenciés par catégories de population, les jeunes par exemple ?

Cette proposition déclenche bien des réactions dans toute l'Europe.

 

La Commission recommande également des salaires minima " qui ne soient pas trop bas ". C'est apparemment l'Allemagne qui est visée. Ses voisins, la France notamment, attendent qu'elle relève les salaires pour relancer la demande intérieure. L'Allemagne dont le taux de chômage est au plus bas, y compris celui des jeunes, est confrontée non pas à un problème de raréfaction des emplois, un million d'emplois y sont actuellement vacants, mais à un manque de main d'œuvre qualifiée.

 

La Commission recommande également la baisse des charges salariales (voir le récent dossier Metis "Coûts du travail") et la libre circulation de la main d'œuvre, les travailleurs Bulgares et Roumains sont concernés au premier chef.

 

Le débat sur la croissance en Europe et la lutte contre le chômage ne fait que commencer, les controverses également.

 

Repère

Rapport de la Commission "Vers une reprise génératrice d'emplois"  18 avril 2012

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : salaire minimum, SMIC, Commission, emploi, chômage, Laurène Fauconnier