0

Deutsche Telekom : les CE face à la satisfaction au travail     

par Clotilde de Gastines - 17 Novembre 2009

Malgré les restructurations en cours, Deutsche Telekom se targue de mener un dialogue social constructif

 

deutsche telekom

Le forum des comités d'entreprise du groupe Deutsche Telekom s'est tenu pendant deux jours à Berlin sur le thème de la satisfaction au travail. Tout ceux qui s'occupent des salariés du groupe étaient présents.

 

« Le forum a été plus bénéfique qu'escompté, se réjouit Lutz Michael Büchner, Directeur de l'Institut pour les relations industrielles, EIAB , consultant du comité d'entreprise européen de Deutsche Telekom). Les participants avaient réussi à identifier des tensions au sein de certaines entreprises du groupe et les nouveaux facteurs de risques. Le thème de la satisfaction au travail n'a pas été choisi au hasard. Tout le monde a en tête les drames de France Telecom ».

 

Pour la 8ème année consécutive, le « Forum der Betriebsräte » a réuni à peu près 400 membres du groupe Deutsche Telekom : représentants de comités d'entreprise, représentants des syndicats, manager de proximité, directeurs des ressources humaines. Au programme, une intervention introductive sur l'éthique en économie, un discours du DRH, suivi de discussions ardues autour des situations problématiques dans les différents sites et branches du groupe.

 

« Les chiffres sont bons malgré la crise, explique Lutz Büchner. Les salariés sont en majorité satisfait de leur ambiance de travail. Mais, certains secteurs sont particulièrement touchés, car Deutsche Telekom mène plusieurs projets de restructuration. Nous fusionnons nos réseaux de téléphonie mobile et fixe : T-mobile et T-Home (tout France Telecom). Nous rénovons également T-Systems, le système de réseau pour les gros clients, qui connaît déjà de nombreuses destructions de postes. Ces restructurations provoquent naturellement beaucoup de frustration et de peur ».

 

Deutsche Telekom a son propre opérateur de placement en cas de licenciement économique : Vivento. « soit les personnes bénéficient d'une formation, d'une pré-retraite, soit ils intègrent d'autres entreprises du groupes ou des organismes privés ou public, la police ou la poste par exemple ».

 

Sur le forum, certains salariés ont pu exprimer leur mécontentement. « Les uns, dont le salaire a fondu, suite à des changements de poste. D'autres techniciens sont également confrontés à des réorganisations de grande ampleur en raison de la numérisation. Alors qu'ils posaient des câbles, certains sont reclassés dans les centres d'appel ».

 

Elargir la problématique

 

Le forum constitue un « bon espace pour déterminer les facteurs de stress et de souffrance psychologique. Les nombreux comités d'entreprise de Deutsche Telekom organisent cette manifestation, à laquelle ils consacrent une partie de leur budget de fonctionnement. Ils y invitent les managers ». Car en Allemagne contrairement à la France, les comités d'entreprise ne sont pas présidés par le directeur général.

 

M. Lutz Büchner souligne également que « ce forum permet de se placer hors des enjeux de la négociation, c'est une réunion qui permet d'avoir des rapports informels entre employés du groupe qui ne se connaissent pas toujours et n'exercent pas les même métiers. Bien que la plupart soit syndiqués chez Verdi, le syndicat dont relève tous les employés des Telekoms et des transports ».

 

Il est notamment ressorti des discussions que la concentration des sites a des répercussions plus graves que prévu. « Auparavant, le travail venait aux personnes, aujourd'hui, il s'en éloigne. Les distances sont plus longues, les mères célibataires en sont les premières victimes. Ce déséquilibre entre vie professionnelle et vie familiale a été un point central de nos discussions. Tous les acteurs du groupe se sont réunis pour réfléchir à la manière d'améliorer nos pratiques. Le dialogue social encore faible l'an dernier s'est indéniablement renforcé ». Ce qui vaut pour Deutsche Telekom pourrait bien valoir pour d'autres....

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Clotilde de Gastines

Mots clés : Satisfaction au travail, reconnaissance, Deutsche Telekom, Lutz Michael- Büchner, Clotilde de Gastines, comité d'entreprise, betriebsrat