0

Forum social mondial à Dakar : une nouvelle étape

par Chico Whitaker - 04 Février 2011

Dans moins d'une semaine la marche d'ouverture du Forum Social Mondial de 2011 commencera à remplir les rues de Dakar, au Sénégal. Les caravanes qui croiseront l'Afrique pour y arriver ont déjà quitté leurs points de départ. Chico Whitaker, co-fondateur du Forum Social Mondial en explique les grands enjeux.

 

fsm dakar 2

Les multiples délégations venant des autres continents - dont quelques unes réunissant plusieurs centaines de personnes, d'autres plus modestes à cause du long chemin à faire - commencent à boucler leurs valises pour prendre les avions. Les membres des organisations africaines qui « facilitent » la réalisation de cet événement passent leurs dernières nuits sans dormir pour résoudre les derniers problèmes avant la séance d'ouverture.

 

Le Forum de Dakar ne sera pas un Forum immense par sa taille, comme celui qui en 2009 à Belem, au Brésil, a réuni 150.000 participants. Cela pour la simple raison que 80% environ de ces participants proviennent en général du pays ou de la région où il a lieu. Or le Sénégal a 15 fois moins d'habitants que le Brésil. Mais ce Forum sera sans doute un succès sous beaucoup d'autres aspects. Les participants des autres pays du monde seront très nombreux. Lula, ex-Président du Brésil, y sera comme citoyen. Le nombre moins important des participants à Dakar sera compensé par un grande nombre de conférences par internet avec des groupes et forums locaux réunis partout dans le monde (rien que pour la France il y en aura  70 !...) - le « Dakar étendu », une nouvelle dimension décisive des Forums Mondiaux.

 

De même la Diaspora Africaine sera l'objet de plusieurs manifestations la renforçant comme réalité politique. Les Forums ayant lieu avant le FSM ont été préparés avec une énergie redoublée comme cela a été le cas pour celui des scientifiques engagés pour la démocratie, dont le premier s'est réalisé en 2009 à Belem ou pour celui des théologiens, qui est né avec le premier FSM à Porto Alegre en 2001. Après dix ans d'articulation de la société civile, rendue possible par « le processus FSM », chacune des activités auto-organisées, qui donnent du contenu aux discussions dans l'espace du Forum et aux propositions qu'y sont faites, sont maintenant le résultat de l'association d'un plus grand nombre d'organisations et ont gagné en densité.

 

L'accumulation des analyses, des dénonciations et des propositions pour changer le monde, faites dans les Forums précédents, a permis de percevoir plus clairement les grands dangers que le monde subit actuellement, de même que la nécessité d'enraciner maintenant la notion d'universalité dans les valeurs du sud de la planète. L'ensemble des crises vécues aujourd'hui constituent une vraie crise de civilisation. Beaucoup plus nombreux sont ceux et celles qui perçoivent plus nettement que cela exige des nouveaux paradigmes pour que l'humanité retrouve un chemin vers la paix, la justice et l'amour. Mais aussi pour que la planète Terre ne soit pas détruite par l'irrationalité de la lutte pour le profit et par une globalisation dictée par les intérêts de l'argent, au détriment des besoins des êtres humains. Les deux jours finaux consacrés à plus de 40 «assemblées de convergence pour l'action » déjà prévues - une autre nouveauté du Forum de 2011 - permettront de nouvelles articulations vers des actions concrètes susceptibles de changer effectivement le monde. Un pas important sera franchi en février à Dakar pour construire l'autre monde possible, à la fois absolument nécessaire et extrêmement urgent.

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Chico Whitaker

Mots clés : forum social mondial, Dakar, Chico Whitaker, Porto Alegre, Lula