0

Immigration, intégration, assimilation, de quoi parle t-on ?

par Documentation française - 10 Mai 2013

Dans son ouvrage "L'immigration" (collection Débat Public, 2006), Laetitia Van Eeckhout présente et explique le thème de l'immigration en 135 questions, en précisant les conditions historiques, les évolutions et les enjeux de ce phénomène. Les deux questions reproduites ici définissent clairement les notions essentielles des débats sur l'immigration : immigré, assimilation, intégration, insertion.


Qu'est-ce qu'un immigré ?
« Est immigrée toute personne née de parents étrangers à l'étranger et qui réside sur le territoire français. Certains immigrés deviennent français par acquisition de la nationalité française, les autres restent étrangers : "Tout immigré n'est pas nécessairement étranger, et réciproquement", souligne l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). La qualité d'immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s'il devient français par acquisition. En revanche, on parle souvent d'immigrés de la deuxième ou troisième génération pour désigner les enfants dont les parents ou les grands-parents sont immigrés. Pour ceux, nombreux, qui sont nés en France, c'est un abus de langage. Les enfants d'immigrés peuvent cependant être étrangers, s'ils choisissent de garder la nationalité d'origine de leurs parents. »


Etrangers et immigrés en France
Les données issues des enquêtes de recensement de l'INSEE permettent de bien distinguer étrangers et immigrés en France.

 

 

Différence concepts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assimilation, intégration ou insertion ?
« Ces trois termes ne sont pas neutres et reposent sur des philosophies politiques (très) différentes. L'assimilation se définit comme la pleine adhésion par les immigrés aux normes de la société d'accueil, l'expression de leur identité et leurs spécificités socioculturelles d'origine étant cantonnée à la seule sphère privée. Dans le processus d'assimilation, l'obtention de la nationalité, conçue comme un engagement "sans retour", revêt une importance capitale.


L'intégration exprime davantage une dynamique d'échange, dans laquelle chacun accepte de se constituer partie d'un tout où l'adhésion aux règles de fonctionnement et aux valeurs de la société d'accueil, et le respect de ce qui fait l'unité et l'intégrité de la communauté n'interdisent pas le maintien des différences.


Le processus d'insertion est le moins marqué. Tout en étant reconnu comme partie intégrante de la société d'accueil, l'étranger garde son identité d'origine, ses spécificités culturelles sont reconnues, celles-ci n'étant pas considérées comme un obstacle à son intégration dès lors qu'il respecte les règles et les valeurs de la société d'accueil. »

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Documentation française

Mots clés : immigration, intégration, assimilation, insertion