0

Indignation sociale et explosion politique en Bulgarie

par Irina Terziyska à Sofia - 11 Mars 2013

C'est en Europe, au sein de l'Union. La Bulgarie est au bord du gouffre. Les révoltes sociales ont balayé le gouvernement et l'issue des mouvements sociaux reste incertaine.


bulgarie 1

Après 6 ans d'appartenance à l'Union européenne, la Bulgarie se situe loin derrière les autres Etats membres. Son système judiciaire est sous tutelle et elle n'appartient pas à la zone de Schengen du fait de la méfiance de ses partenaires. Sa dette publique est l'une des plus faibles d'Europe, mais les cartels, la corruption, les salaires, qui représentent moins de la moitié du salaire moyen européen, font que bien des citoyens ne ressentent pas le bénéfice de leur appartenance à l'UE.

 

Une vague de manifestations puis d'émeutes
La Bulgarie détient le record des coûts d'énergie les moins élevés mais les prix ont augmenté depuis juillet dernier avec la libéralisation du marché de l'énergie d'où la grande difficulté éprouvée par les Bulgares à se chauffer.
Les manifestations de 2013, les plus importantes depuis seize ans, ont démarré le 28 janvier dans la ville de Blagoevgrad avec une poignée de jeunes. Ils s'en prenaient à des factures d'énergie anormalement élevées (1). Le 10 février, les manifestations s'étendaient à une trentaine de villes. Les manifestants de Sofia s'étaient rassemblés devant le ministère de l'économie, de l'énergie et du tourisme et lançaient des boules de neige au ministre. D'autres brûlaient leurs factures d'électricité. Un manifestant a été poignardé le 13 février. A la mi février, des dizaines de milliers de gens battaient le pavé en exigeant la nationalisation des monopoles privés régionaux, la disparition des sous-traitants, l'affectation du transport et de la distribution à des compagnies de distribution d'Etat, l'annulation de tous les contrats entre l'Etat et les compagnies d'électricité et des lois plus libérales pour les cycles combinés (production de chaleur et d'énergie).

Le 17 février, une manifestation nationale contre les monopoles rassemblait 30 000 personnes à Varna (plus grande ville de la Mer noire), 10 000 personnes à Plovdiv (seconde ville de Bulgarie), au total 100 000 personnes manifestaient, il s'agissait deja d'un mouvement non partisan contre le gouvernement et le système politique. Les principaux axes routiers de pays étaient bloqués, cailloux, bouteilles et œufs étaient lancés contre les gendarmeries, le ministère de l'économie et l'Assemblée nationale. Les gens scandaient « mafia, démission » et arboraient des slogans comme « ce n'est pas une manifestation mais un mouvement de lutte pour une nouvelle Bulgarie », « nous avons faim », « A bas le GERB » (parti politique au pouvoir). Ils donnaient une semaine au gouvernement pour répondre à leurs revendications.
Le 18 février, des manifestations massives intervenaient dans l'ensemble du pays, à Sofia, elles se sont transformées en résistance civile, des manifestants ont tenté d'attaquer l'Assemblée nationale. Le même jour, Boyko Borisov (premier ministre) a renvoyé le ministre des finances très impopulaire car considéré comme responsable des mesures d'austérité, mais les tensions ont subsisté.

Le 19 février, date anniversaire de l'exécution de Vasil Levski, le grand héros national, de violents heurts ont eu lieu à Sofia entre la police et les manifestants. Pour la première fois de l'Histoire, la population n'avait pas été autorisée à déposer des fleurs sur le site.
Le 20 février, le premier ministre annonçait la démission du gouvernement, décision due aux violentes échauffourées de la veille. Le parlement approuvait cette démission dès le lendemain.
Des comités citoyens se sont alors créés un peu partout. Le 23 février, les coordinateurs des manifestations se réunissaient à Sliven ( une ville au coeur de pays) pour envisager de nouvelles actions. De nombreux membres des partis politiques présents au rassemblement furent expulsés. Aux revendications de nationalisation des compagnies électriques se sont ajoutés : un changement de système politique, l'interdiction des partis politiques au pouvoir, l'abolition de la taxe sur la production d'électricité et la nationalisation des ressources naturelles et des secteurs stratégiques.
Des manifestations ont eu lieu le 24 février dans toutes les grandes villes bulgares mais également à Vienne, Münich, Dublin, Londres, Düsseldorf, Frankfort, Athènes, Berlin, Madrid et Tel Aviv, où la diaspora bulgare s'est rassemblée dans les ambassades et les consulats.
Alors que le premier ministre était contraint à la démission, le Président a été chargé de former un gouvernement de transition avec l'un des grands partis politiques. Le GERB et le parti socialiste ont refusé. Des élections anticipées ont été programmées le 12 mai.



Syndicats et partis politiques débordés
Le 1er mars, le cabinet du Président a invité 35 représentants des manifestants, des syndicats, des associations professionnelles, des groupes écologistes et des ONG à faire partie d'un « conseil public », l'objectif étant de l'impliquer dans le travail du futur gouvernement de transition. L'idée était que le conseil public se réunisse toutes les semaines pour vérifier la cohérence des décisions du gouvernement de transition avec les revendications populaires, et de rendre public leurs débats au travers des réseaux sociaux. Trois leaders protestataires ont quitté la réunion en disant qu'ils ne voulaient pas négocier avec des oligarques et s'asseoir à la même table que ceux qu'ils combattaient. Les protestataires ont également refusé la présence de Konstantin Trenchev, responsable du syndicat Podkrepa. Le président du KNSB (Confédération syndicale des indépendants) a refusé la présence de sociologues et de scientifiques. Il a transmis un ensemble de mesures urgentes à prendre : diminution du prix de l'électricité, compensation pour les bas revenus et réformes rapides de la législation, puis il a quitté la réunion.
Les partis politiques d'opposition ont tenté d'exploiter la colère contre les mesures d'austérité du gouvernement. Le parti socialiste, plus grand parti d'opposition, a de bonnes chances de revenir au pouvoir si le rejet de l'administration Borissov dure jusqu'aux élections. Sa crédibilité est pourtant bien faible car, au terme de son précédent mandat, l'administration socialiste a été littéralement tétanisée lorsque la crise financière est intervenue. Le directeur du centre des stratégies libérales déclarait alors : « Les Bulgares ont été déçus après la chute du communisme par une démocratisation du pays qui n'a pas apporté la prospérité attendue. On constate une méfiance générale dans le gouvernement et le système politique. »


bulgarie 2

Les manifestations montrent que la situation sociale dans les Balkans a atteint son point de rupture. Les jeunes expriment leur colère : « Nous sommes maintenant le pays le plus pauvre d'Europe, pourquoi, parce que nous sommes exploités et que les gens n'ont pas d'argent ».
Les deux leaders syndicaux du KNSB et de Podkrepa qui, ces dernières années, ont saboté une série de grèves et de manifestations contre les fermetures d'usines, les licenciements et les baisses de salaires, ont délibérément gardé leur distance d'avec les manifestations actuelles. Dans la presse, la confédération Podkrepa appelle à l'établissement d'un gouvernement de transition pour calmer la situation et mettre fin aux manifestations. Ce gouvernement aurait à « maintenir la stabilité économique et sociale du pays ». Podkrepa rejette catégoriquement la nationalisation du secteur électrique. Le remplacement d'un monopole privé par un monopole d'Etat de résoudrait pas les problèmes précise t-il.
La banqueroute du parti socialiste et des syndicats, de même que l'absence de formation politique progressiste a été exploitée par les forces de droite pour promouvoir des positions réactionnaires et pousser les mouvements populaires sur des voies nationalistes.
Le 2 mars, les représentants de diverses organisations civiles et de comités de luttes ont pris part à une table ronde à Sofia. Son objectif : mettre en avant des représentants légitimes des protestataires et faire l'unité des revendications. Un seul accord a été obtenu : des amendements immédiats au code électoral. Le 3 mars, fête nationale, des manifestations contre la pauvreté et la corruption ont eu lieu dans une douzaine de villes. Les organisateurs ont annoncé leur intention de camper devant le bureau du Président et d'y rester jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues : convocation d'une grande assemblée générale, changements des lois électorales pour assurer une représentation des citoyens indépendante des partis politiques, un moratoire sur les saisies effectuées par les banques, le retour à l'Etat de 51% des actions des compagnies d'électricité, l'établissement d'une procédure de dissolution du parlement par un vote majoritaire et le changement du système électoral.

En attendant, les Bulgares essaient de s'unifier derrière un leader politique unique et d'établir des revendications communes. « Il est évident que les manifestants ne sont pas tous d'accord et cela pourrait rapidement détruire l'enthousiasme du peuple » déclare Georegi Trendafilov, un manifestant de Sofia. Une « conférence nationale de protestation » s'est tenue le 9 mars dans la capitale.

Les manifestations ne cessent pas. Les protestataires commencent à se structurer, à definir des revendications claires et  à élire des leaders pour les représenter....
Le 13 Mars, Le President doit annoncer la composition du gouvernement de transition.
A suivre...

 

(1) Electrical power distribution in Bulgaria was managed by a state-owned monopoly until 2005, when the government sold 67% of it to three foreign power companies. They virtually operate as private regional monopolies whose activities are overseen by the State Commission for Energy and Water Regulation (SCEWR). The state also lost control over the management of their profits.
Electricity costs are one of the main expenditures for Bulgarian citizens. Local analysts estimated that with rising living costs, currently 85% of household monthly incomes are spent on basic necessities. The average salary in Bulgaria is the lowest among European Union members, 22% of the labour force are employed on a minimum wage, amounting to 159 euro. For the past three years, incomes have marked almost no change, while prices have increased significantly. Austerity measures encouraged by the EU and the International Monetary Fund during the recession have resulted in "catastrophic" social consequences.

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Irina Terziyska à Sofia

Mots clés : indignés, manifestations, crise sociale, crise politique, Bulgarie