1

Insécurité culturelle : l'impensé de la République

par Claude Emmanuel Triomphe, Albane Flamant - 01 Juillet 2014

Un mois après les élections parlementaires européennes, l'Union cherche toujours ses mots pour expliquer le succès fulgurant de nombreux partis populistes. Metis s'est entretenu avec le politologue Laurent Bouvet, qui développe sa thèse sur l'insécurité culturelle en France et sur le manque de réactivité de la sphère politique française. Ses propos sont suivis de réactions d'acteurs sociaux qui ont pu débattre avec lui lors de l'assemblée générale d'ASTREES le 24 juin dernier.

 

Comment analysez-vous la montée des forces du type FN, Vrais Finlandais et autres en Europe ? Et parallèlement l'incapacité de la droite comme la gauche classique d'y apporter des réponses adaptées ?

Il y a trois niveaux d'analyse qui se complètent et même s'entrecroisent. Si bien qu'il est souvent difficile de les isoler et de dire quel est le plus déterminant. D'autant que chaque pays ayant sa spécificité, cela rajoute encore à cette difficulté.

 

Laurent Bouvet

Le premier niveau, le plus courant, c'est l'explication par « la crise » économique et sociale : ce serait d'abord dans les périodes de crise que les forces d'extrême-droite prospèrent et que le populisme se développe. Les facteurs économiques et sociaux jouent indéniablement un rôle en la matière mais ce qu'ont montré les élections européennes notamment, c'est qu'ils sont insuffisants pour expliquer la montée des partis comme le FN. En effet, les progrès des partis de ce type dans des pays aux situations économiques très différentes (on pourrait y ajouter les exemples extra-Union européenne de la Suisse et de la Norvège d'ailleurs) montrent qu'il y a d'autres explications à chercher.

 

Elles sont de nature plus « culturelle », c'est-à-dire liées aux questions identitaires que se posent les sociétés contemporaines et les populations dans les différents pays en rapport notamment avec la construction européenne et la mondialisation. Elle ont à voir à la question des frontières et celle de la place de ces pays dans le monde. Le discours anti-islam et anti-immigration est ainsi une caractéristique commune à tous ces partis, malgré leurs différences d'approches en matière économique par exemple. A l'insécurité économique et sociale (chômage, concurrence internationale, pouvoir d'achat, délocalisation...) s'ajoute dès lors une forme d'insécurité différente, de nature culturelle, qui traduit une inquiétude autour de questions telles que : « qui sommes-nous collectivement ? », « que va devenir notre mode de vie ? », « quel monde laissera-t-on à nos enfants ? »...

 

Plus profondément encore, la montée en puissance électorale des partis comme le FN témoigne du sentiment d'un effondrement général du « système », d'une trahison des élites (notamment en matière européenne), d'une collusion entre le haut, détaché, de la société et son extérieur, d'une distanciation voire d'un divorce entre tous ceux qui bénéficient de la mondialisation et de l'ouverture des frontières, et tous ceux qui en pâtissent dans leur vie économique comme dans leur mode de vie.

 

J'ajouterai ici que peu importe qu'il s'agisse d'un simple sentiment, que la réalité soit plus complexe et largement étrangère à ceux qui la ressentent de telle ou telle manière. Ce qui compte, c'est que ces représentations, ces manières de voir et de ressentir, de vivre l'époque et les événements, se traduise de telle manière politiquement. C'est cela qui doit nous soucier, et non les débats épistémologiques passionnants mais sans pertinence politique sur le rapport complexe entre représentation, sentiment et réalité.

 

Vous développez la thèse de l'insécurité cultuelle: qu'est ce que celle ci recouvre au juste ?

Ce que j'appelle «l'insécurité culturelle» est une tentative pour comprendre et expliquer pourquoi une partie de plus en plus importante de l'électorat en Europe, qu'il soit populaire ou non, dans des contextes nationaux très différents, notamment en ce qui concerne la situation économique (on l'a vu récemment en Suisse en particulier), se tourne vers les partis néopopulistes - et donc en France vers le FN.

 

L'hypothèse est simple et finalement assez classique: la situation économique et sociale ne saurait expliquer à elle seule les comportements politiques. D'autres facteurs, d'autres clivages, que l'on peut donc appeler «culturels» ou de «valeurs», interviennent. Certains sont anciens, comme la religion ou le territoire (urbain, rural...), d'autres plus nouveaux et plus difficiles à cerner qui viennent brouiller ceux que l'on considérait jusqu'ici.

 

Ainsi, en France, récemment, les débats et les crispations autour des Roms, de la présence de l'islam ou encore du mariage pour tous par exemple ont-ils révélé des comportements liés à cette forme spécifique d'insécurité, non réductible à l'insécurité économique ou l'insécurité «sécuritaire». Ces comportements qui renvoient à des représentations dont beaucoup sont faussées ou influencées par les médias ou les discours politiques, par exemple, doivent être observés et analysés comme tels. Les renvoyer, comme certains le font trop souvent à gauche, au racisme, à «l'islamophobie» ou à l'homophobie n'explique rien, n'apporte aucune solution politique.

 

Or, c'est sur ce refus du politique au nom de la morale d'un côté et de la gestion purement technique sinon technocratique de l'autre que la gauche a du mal à combattre efficacement le Front national depuis des années, tout particulièrement au sein des catégories populaires.

 

Le vivre ensemble est il à votre avis menacé en France ?

Une menace pèse sur ce que je n'appellerai pas le « vivre-ensemble », une expression que je trouve trop anodine, mais plutôt le contrat social spécifique à la France. Cette menace, c'est celle de l'exacerbation des identités particulières au détriment de ce qui nous est commun.

 

Une telle menace est nourrie par le développement tous azimuts, depuis une quarantaine d'années, d'une forme de logique « identitaire » qui a réinvesti peu à peu l'ensemble de la société. La crise économique l'a incontestablement favorisée mais elle se déploie avec son propre dynamisme, sous de nombreuses formes, de l'affirmation religieuse fondamentaliste qui touche l'ensemble des grandes religions, à la montée en puissance des régionalismes et des séparatismes territoriaux de toutes sortes, en passant par la spécification et l'exaltation de critères identitaires minoritaires au nom de la discrimination que subissent certains des membres de ces minorités (préférence sexuelle, critères ethno-raciaux...).

 

Disons pour simplifier que l'on a défendu, notamment à gauche, depuis des années l'idée que pour lutter, à juste titre, contre les multiples discriminations à l'égard de telle ou telle identité particulière qui existent dans la société, la meilleure solution était une « reconnaissance » publique de ces identités particulières, c'est-à-dire une valorisation propre, une meilleure visibilité sociale, une particularisation du droit à l'endroit des « membres » de telle ou telle minorité sans qu'ils soient nécessairement, individuellement, les victimes d'actes ou de paroles discriminatoires - sans même parfois qu'ils souhaitent être « identifiés » au critère qui leur est assigné.
Ce qui a eu deux conséquences. Premièrement de multiplier les critères identitaires possibles et les revendications qui y sont liées, bien au-delà des discriminations réelles, puisqu'il suffit, dans ce cadre, de mettre en avant une particularité par rapport à une supposée et prédéfinie « majorité » pour pouvoir se déclarer victime et/ou titulaire d'un « droit à... » au nom de ce critère.

 

Ça a également ouvert la voie, symétriquement, à une « identitarisation » (pardon pour ce barbarisme...) de ceux qui ne se retrouvent dans aucune des catégories « minoritaires » désormais apparentes et/ou cibles des politiques publiques de reconnaissance et de valorisation. On a ainsi vu fleurir, aux franges de la droite et de l'extrême-droite, des identités revendiquées : « blanche », chrétienne, « française de souche »... opposées à celles défendues et promues par les tenants du multiculturalisme, mais adoptant pourtant la même logique de spécification et de repli.

 

Or ce double mouvement, centripète, fait éclater le caractère propre de la France sous ses traits républicains notamment, c'est-à-dire un pacte politique, à la fois civique et social, fondé sur le choix de construire ensemble un espace commun, ouvert à tous, sans aucune distinction identitaire, un espace public qui tient à distance (dans l'espace privé) les différences et les particularités propres à chacun d'entre nous - nous sommes tous en effet des êtres multiples du point de vue identitaire.

 

Cette déconstruction de ce qui a fait la France semble être actée par tous les bords de l'échiquier politique aujourd'hui. On l'a vu ces dernières années aussi bien dans la désignation et la stigmatisation de certaines populations pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy que depuis deux ans, sous la présidence de François Hollande, dans les discours et les injonctions politiques en faveur des différences multiculturelles (de genre, ethno-raciales ou d'orientation sexuelle).

 

C'est un « jeu » dangereux, auquel on prête étonnamment peu d'importance dans les débats publics, soit par inconscience, soit par désintérêt, notamment au regard des questions économiques.

 

Les partis politiques mais aussi le syndicalisme vous paraissent -ils en état aujourd'hui de prendre en compte d'autres grilles de lecture ?

Je ne connais pas assez les syndicats pour pouvoir répondre à leur sujet. En revanche, dans les partis politiques, au regard des dernières années, il ne me semble pas qu'il y ait eu une prise en compte des difficultés que l'on vient d'évoquer.

 

D'abord me semble-t-il en raison d'un aveuglement économiste (ou économiciste) assez généralisé, commun aux héritiers même lointains de l'idée socialiste, en particulier du marxisme, et du libéralisme. Tous considérant qu'en dehors de la sphère économique et des rapports de force dans la production, les autres relations sociales sont secondaires et subordonnées. En gros, pour le dire de manière caricaturale, que quand l'économie va, tout va. Et qu'il suffirait d'une amélioration de la situation économique et sociale pour que les tensions et les questionnements identitaires que l'on mentionnait disparaissent ou s'amoindrissent.
Ensuite, et de manière assez paradoxale sinon incohérente avec ce premier point, parce que les différents partis ont tous joué aux apprentis-sorciers avec les questions identitaires. On l'a mentionné plus haut à la fois pour le quinquennat sarkozyste et pour les deux premières années de Hollande. Au FN, la thématique identitaire, sur le mode du repli et de la défense, a même été mise en avant comme élément-clef du discours et de la stratégie électorale, en s'appuyant sur les tergiversations de la droite classique, divisée sur le sujet, en la matière et sur la défense d'un multiculturalisme militant, sous couvert de « progressisme » de la part de la gauche.

 

Dans ces conditions, le retour d'un discours plus constructif, on n'ose dire républicain..., sur l'espace public comme lieu de mise en commun de ce qui nous rassemble et nous permet d'être solidaires - la question sociale étant très liée à cette préoccupation - est difficile. Ce n'est pas pour autant qu'il ne doit pas être tenu et promu !

 

Jean Luc Godard suggère que faire l'expérience de Marine Le Pen pourrait faire bouger les choses. Comment réagissez-vous ?

J'ai l'impression que le talent de Godard pour la provocation gratuite a dépassé de longue date son talent de cinéaste. Et comme celui-ci était immense...Je préfère donc revoir « Le mépris » ou « A bout de souffle ».

 

Andre Milan, vous êtes secrétaire général de la fédération des transports CFDT, que vous inspire ce concept d'insécurité culturelle dans le contexte de l'entreprise ?

Je suis embarassé car je ne le vois pas. Ce que je constate plutôt, c'est l'affirmation, si j'ose dire, de sécurités culturelles, avec des acteurs qui expriment de façon de plus en plus forte leur identité. Et de là découle toutes sortes de conflits, avec les conséquences que cela peut avoir pour l'entreprise et les salariés. Le gouvernement me semble totalement désarmé face à ce phénomène, et on assiste à une instrumentalisation de l'entreprise, qui prend la place laissée vacante par les politiciens. C'est elle qui prend sur soi de décider tout ce qui doit être fait en son sein. Le meilleur exemple, c'est l'introduction chez PAPREC, une compagnie de recyclage de déchets, d'une charte interne qui définit l'approche de l'entreprise envers les conflits religieux. La solution qu'ils ont trouvé, c'est notamment d'interdire le port de tout symbole religieux dans l'entreprise, au mépris des libertés individuelles de leurs employés. C'est ce genre d'approche qui m'effraie aujourd'hui.

 

Dominique Legrand, vous êtes Directeur des Ressources Humaines à l'Opéra Bastille, ces questions vous les voyez ? 

Pour moi, nous sommes dans une période d'insécurité sociale. Il ya déjà des années en Lorraine, je me disais qu'avec 20% du vote qui va au Front National, on devrait retrouver ces personnes dans l'entreprise et dans les syndicats. Pourtant, alors que beaucoup de villes ont viré à droite, la CGT reste très présente dans les entreprises, et on sent relativement peu l'influence de ces partis extrêmistes. J'ai envie d'interpeller les syndicats et de leur demander comment expliquer ce phénomène ?

 

Alain Alfon-Layre, vous êtes membre de la direction confédérale de la CGT ,vous vous sentez interpellé ?

Ce sont plutôt des remarques que j'ai par rapport à cette présentation. D'abord, pour moi, l'insécurité concerne le travail dans son ensemble : le travail manque de finalité, manque d'épanouissement, et finalement on manque de travail ! Le problème vient de l'organisation actuelle du travail qui empêche le vivre ensemble, et pourtant ce n'est pas actuellement un enjeu politique ! Je suis aussi frappé par la crise d'abstention que connaît la France, aussi bien dans les élections citoyennes que dans les professionnelles. Les gens ne votent plus, et personne ne sait comment réagir à cet absentéisme politique qui est particulièrement présent dans les élections syndicales. Et pourtant, on ne peut pas être citoyen dans la cité et pas dans l'entreprise.

 

Laurent Bouvet, que répondez-vous à ces remarques ? 

La question du travail est essentielle pour permettre l'émancipation de l'individu. En France cette émancipation était un travail collectif, mais depuis une trentaine d'années, ce n'est plus le cas.

 

Le travail, c'était une manière de relier les membres du peuple social, une idée que la gauche a aujourd'hui abandonnée. Progressivement, on détruit l'état providence, l'essence-même du syndicalisme. Tout ce qui reste, c'est l'individu et les identités qui le composent. Or réduire l'individu à cela, c'est aussi en mettre certaines de ces identités en avant pour les revendications sociales, dans le cadre de la lutte contre les discriminations par exemple. Cela ne peut mener qu'à des conflits entre ces différentes identités, et c'est aussi faire le jeu du marché.

 

Ce qui nous ramène au multiculturalisme, et à la laïcité comme valeur dans l'entreprise. Comme il a été mentionné, l'entreprise est devenue un lieu de sécurisation dans une société où règne l'insécurité culturelle. Certains patrons considèrent que c'est leur rôle de faire disparaitre ces facteurs anxiogènes pour assurer le bon fonctionnement de leur compagnie. Maintenant, nous pouvons nous demander ce que ces communautés ont que n'a pas l'espace public. Pour moi, c'est le fait qu'il existe des rapports de forces entre travailleurs et employés que ces restrictions compliquent. Comment fait-on pour s'émanciper dans ce cadre-là ?

 

A propos

Laurent Bouvet est professeur de science politique à l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et directeur de l'Observatoire de la vie politique de la Fondation Jean-Jaurès. Il est également l'auteur de plusieurs livres, dont récemment « Le sens du peuple. La gauche, la démocratie, le populisme ».

 

Image : Anne Marie Bjornson-Langen & Laurent Bouvet à l'Assemblée Génrale d'ASTRESS. Crédit: Albane Flamant

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Claude Emmanuel Triomphe, Albane Flamant

Mots clés : Laurent Bouvet, insécurité culturelle, entreprise, république, travail, André Milan, Dominique Legrand, Alain Alfon-Layre

 
 

Réactions

  • 03/07/2014 12:51

    par Jean Fouin

    Cette histoire d'insécurité culturelle a été démonté dans cet ouvrage cette année Régis Meyran et Valéry Rasplus : Les pièges de l'identité culturelle. Berg international Il y a même une page sur ce livre avec plein de comptes rendus https://www.facebook.com/Lespiegesdelidentiteculturelle