0

La négociation collective se développe en Chine sur fond de conflits

par Laurène Fauconnier - 08 Février 2012

Le China Labour Bulletin analyse deux cas de négociations intervenues en novembre 2011 qui pourraient préfigurer un développement en Chine d'un nouveau type de dialogue social.

 

tesco chine

Les grèves et manifestations de salariés ont émaillé l'année 2011. Les conflits dans les entreprises qui travaillent pour l'étranger sont très relayés par les media : Hi P International, sous traitant d'Apple et de Hewlett Packard, Yucheng Footwear Factory, sous-traitant d' Adidas et de Nike, Omron, sous-traitant japonais, Citizen Shenzhen Top For Underwear, la liste est longue, sans parler de la vague de suicides chez Fox conn. Les revendications portent essentiellement sur les conditions de travail et les salaires. Il y a aussi le cas des entreprises qui délocalisent leurs activités vers les régions intérieures du pays ou ailleurs, au Vietnam par exemple, et qui mettent au chômage les ouvriers avec un minimum d'indemnités quand elles existent.

 

Fait relativement récent, des représentants du personnel proposent de négocier en face à face avec leurs employeurs. Le China Labour Bulletin examine deux cas exemplaires dans lesquelles des négociations collectives ont permis de résoudre les questions conflictuelles.

 

Le conflit de la Shenzhen Citizen watch factory démarre en octobre 2011. Un millier de travailleurs réclament le paiement d'heures supplémentaires effectuées entre 2005 et 2010. Les media couvrent le conflit. En novembre, dix représentants syndicaux prennent conseil auprès d'un avocat et exigent la tenue d'une négociation collective, conformément aux dispositions retenues dans le Shenzhen Special Economic Zone Regulations on the Promotion of Harmonious Employment Relationships. La négociation s'ouvre entre représentants des salariés et management. En quelques jours, un accord est conclu.

 

Le conflit de la Jinhua Tesco porte également sur un arriéré de paiement d'heures supplémentaires mais également sur une indemnité de licenciement. Le grand magasin Jinhua Tesco doit en effet fermer les portes à la fin 2011. Une vingtaine de représentants du personnel prennent l'initiative de réclamer une négociation collective. Cette négociation tripartite inclut le gouvernement local dont le rôle « neutre » a été déterminant pour permettre la conclusion d'un accord entre partenaires peu rompus à la négociation collective.

 

Deux exemples qui pourraient être suivis à l'occasion d'autres conflits.

 

China Labour Bulletin

Lire aussi l'article de Chloé Froissart de l'IRES paru en janvier 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : Grèves, conflits, hégociation collective, Chine, China Labour Bulletin, Laurène Fauconnier