0

Le progrès social au travers d'indicateurs sérieux ou légers

par Laurène Fauconnier - 19 Janvier 2010

L'OCDE a publié son « Panorama de la société 2009 ». Une large palette d'indicateurs sociaux permet de mesurer les progrès (ou les reculs) réalisés dans les pays analysés. On en retiendra trois : dépenses sociales publiques, temps de loisirs et inégalité des revenus. Ces indicateurs révèlent quelques surprises.

 

Dépenses sociales publiques


Au milieu des années 2000, le niveau de dépenses sociales publiques représente en moyenne 21 % du PIB des pays de l'OCDE, elles étaient de 16% en 1980. En queue de peloton, le Mexique et la Corée avec 8% et en tête la Suède avec 26%, suivie de près par la France, le Luxembourg et l'Autriche.
Ce sont les dépenses consacrées aux pensions de retraite et à la santé qui sont les plus élevées. Pour l'ensemble des pays de l'OCDE elles s'établissent en moyenne à 9% pour les pensions et 7% pour la santé. Bien sûr ces dépenses publiques sont corrélées au niveau de développement des différents pays ou à leur structure démographique mais pas seulement. Les modèles de société, présence ou non d'un « Etat providence », révèlent de fortes disparités. L'Europe en est l'exemple. En matière de dépenses publiques consacrées aux retraites, si la France, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie ou la Pologne atteignent un taux supérieur à 12%, l'Irlande et l'Islande, se situent à moins de 5%.
Depuis 1992, si les dépenses continuent d'augmenter dans les pays en voie de développement, elles stagnent dans les pays les plus riches et ont même très sensiblement diminué en Suède, mouvement annonciateur pour ses voisins ?

 

Temps de loisirs


Un chapitre spécial est consacré au temps de loisirs dans les 18 pays de l'OCDE pour lesquels on dispose de données récentes. En tête du classement des pays de l'OCDE, les Norvégiens qui consacrent un peu plus du quart de leur temps aux loisirs, alors que les Mexicains se placent en fin de classement avec 16 % seulement.
On note des écarts importants entre hommes et femmes. Ainsi, les Italiens bénéficient de près de 80 minutes de temps libre supplémentaires par jour par rapport aux Italiennes. La Norvège semble être la société la plus égalitaire dans ce domaine, les hommes ne bénéficiant que de quelques minutes de temps libre de plus que les femmes.
Comment ce temps libre est-il utilisé ? Au Japon et au Mexique, la moitié du temps de loisirs est consacré à regarder la télévision, contre 25 % en Nouvelle-Zélande. La Turquie est le pays le plus sociable, puisque les Turcs passent 35 % de leur temps libre avec leurs amis, soit plus du triple de la moyenne de 11 % enregistrée dans la zone OCDE.
Un point commun à tous les pays de l'OCDE toutefois : le manque d'activité physique. l'Espagne se classe en tête du classement avec 13 % de leur temps libre.
Enfin La France se distingue par un certain art de vivre. Les Français passent en effet plus de deux heures par jour à table. Ils dorment aussi plus que tout autre pays, 8.5 heures par nuit en moyenne.

temps libre

 

inegalite revenus

Inégalité des revenus


Les inégalités de revenus sont extrêmement variables d'un pays de l'OCDE à l'autre. Au milieu des années 2000, le Danemark et la Suède affichent les coefficients d'inégalité les plus faibles, le Mexique et la Turquie les plus élevés. Les revenus du décile supérieur sont moins de trois fois supérieurs aux revenus du décile inférieur au Danemark, en Suède et en Norvège, environ six fois supérieurs aux États-Unis, au Portugal et en Turquie, et plus de huit fois supérieurs au Mexique.
Mais les inégalités de revenus tendent à se creuser. C'est le cas dans 19 des 24 pays pour lesquels des données sont disponibles. C'est en Finlande, en Nouvelle-Zélande et au Portugal qu'elles ont le plus augmenté. Elles ont en revanche diminué en France, en Grèce, en Turquie, en Espagne et en Irlande.

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Laurène Fauconnier

Mots clés : OCDE, indicateur social, dépenses publiques, temps, revenus, Laurène Fauconnier