0

Les Allemands, champions du temps libre en Europe  

par Clotilde de Gastines - 12 Juillet 2012

Les Européens occupent leur temps libre de manière assez similaire : priorité à la télévision et à la vie sociale. Il existe cependant des différences marquées entre Etats et entre les femmes et les hommes.

 

Contre toute attente, les Allemands sont ceux qui ont le plus de temps libre par jour : 5h46 (homme) et 5h19 (femme) contre 4h44 pour les Français, et 4h06 pour les Françaises d'après les enquêtes nationales sur l'utilisation du temps de 2006. Au cours d'une journée moyenne, les Européens ont en moyenne 5h de temps libre, quand les Européennes ont plus d'une heure de moins.

 

panorama 1 bis

 

Le temps moyen est calculé pour l'ensemble des personnes âgées de 20 à 74 ans, sur une année complète, y compris les jours ouvrables, les week-ends et les périodes de congé. C'est la raison pour laquelle le temps consacré, par exemple, au travail rémunéré est nettement inférieur à la durée normale d'une journée de travail. Ainsi, les Européennes consacrent 2h à 3h40 par jour au travail rémunéré ou aux études, tandis que les Européens travaillent entre 3h30 et 5h par jour.

 

Les femmes ont pourtant moins de temps libre, parce que le nombre total d'heures de travail (incluant le travail rémunéré, les études et le travail domestique) est généralement bien plus élevé pour les femmes que pour les hommes, sauf en Suède, en Norvège et au Royaume-Uni.

 

La télé d'abord

La répartition des activités de temps libre est très similaire pour les hommes et les femmes d'un pays à l'autre. Regarder la télévision ou des films est clairement l'activité de temps libre la plus prisée. Cette activité représente de un tiers à plus de la moitié du temps libre total. Ainsi, un Français passe 2h08 devant la télévision sur son temps libre (4h44), quand un Allemand passe 1h59 sur ses 5h46 de temps de hors-travail (source HETUS).

 

panorama 2 bis

 

Après la télévision, les contacts sociaux viennent en deuxième position, représentant approximativement de 15 à 20 % du temps libre. « La famille, le travail et les amis sont en tête sur l'échelle des valeurs des Européens » explique Pierre Bréchon professeur de science politique à l'Institut d'études politiques de Grenoble, qui travaille à partir des résultats de l'enquête sur les valeurs des Européens. « La famille est estimée comme très importante par presque neuf personnes sur dix en France, le travail par presque sept  sur dix, les amis et relations par une personne sur deux, les loisirs par un sur trois, tandis que la religion et la politique sont les deux domaines les moins plébiscités ».

 

En Europe, la famille arrive toujours largement en tête, le travail vient souvent en second mais pas toujours. Il est détrôné par les amis et relations, voire par les loisirs,  dans plusieurs pays de l'Europe de l'Ouest (Suède, Irlande, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Grande- Bretagne). Pierre Bréchon évoque plusieurs raisons : « quand on est relativement riche on peut davantage penser aux amis et aux relations qu'au travail. Le travail est toujours important mais il est moins valorisé et arrive en 3ème ou 4ème position. Le mouvement de valorisation des amis est aussi lié à ce qu'on peut appeler l'individualisation ou l'hédonisation. Cela dit, la crise tend à faire remonter l'indicateur : « le travail est un devoir social » » à l'Ouest de l'Europe. En France, les écarts de valeurs sont très forts selon les catégories sociales : les jeunes, les personnes ayant fait des études, les cadres, ceux qui ont des hauts revenus sont beaucoup plus soucieux de préserver leur temps libre.

 

Les champions de la fête sont les Norvégiens (en moyenne 54 mn par jour) et les Belges (34 mn) devant les Anglaises (30 mn, contre 20 mn pour leurs congénères masculins), les Suédois et les Espagnols (26 mn). Les Bulgares et les Slovènes s'autorisent seulement quelques minutes de « visites et de festin » par jour. Là encore, c'est le niveau de vie qui permet d'avoir une vie sociale intense.

 

Enfin, les autres activités de temps libre sont par ordre d'importance la lecture, le sport, le bénévolat. Les Allemands et les Belges sont ceux qui se cultivent le plus. Les Scandinaves et les Français et les Espagnols font davantage de sport. Le temps du bénévolat est plus difficile à apprécier. « Il est plus important au Nord de l'Europe qu'au Sud, précise le politologue. Le taux d'adhésion à des associations y est beaucoup plus important. Dans les pays scandinaves, entre 80 et 90% des personnes sont membres d'une association,  70 % des salariés sont membres d'un syndicat tandis que le taux d'adhésdion associative est de 20% au Portugal, le taux de syndicalisation de 8 % en France ».

 

Les chiffres de l'enquête harmonisée HETUS datant de 2006, il faudra attendre la prochaine vague d'enquêtes pour apprécier l'impact de la crise économique sur ces utilisations du temps libre.

 

 

Pour en savoir plus :

- Panorama européen des temps : HETUS- enquête harmonisée 

- Comment se répartit le temps des Européennes et des Européens ? - Numéro 4/2006 Voir la publication 

- Enquête valeurs des Européens 2008. 

- Enquête valeurs Résultats pour la France

- Enquête ISSP (International Social Survey Programme) sur « sport et loisirs » sur 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Clotilde de Gastines

Mots clés : loisir, temps libre, emploi, télévision, internet, femme au foyer