0

Les entreprises européennes convergent sur le modèle social  

par Danielle Kaisergruber - 23 Mai 2013

 

Yves Barou, président de l'AFPA, a ressemblé un Cercle des DRH européens. Il a une belle expérience de l'action publique, plusieurs fois dans des cabinets ministériels, celui de Martine Aubry au moment des 35 heures, DRH chez Rhône Poulenc puis Thales. Aux côtés de ces DRH de grandes entreprises européennes et mondiales, quelques experts, syndicalistes et Michel Aglietta, l'économiste. Leurs réflexions collectives font l'objet du livre « Le modèle social européen » édité à la suite d'un séminaire tenu à Lisbonne. 

 

Modèle Social Européen

Un peu d'optimisme dans un monde de brutes. Alors qu'on ne cesse de mettre l'accent sur les divergences entre les pays européens, les entreprises de leurs côtés construisent des convergences. « Lentement mais sûrement » écrit Jacques Delors dans sa courte préface. C'est qu'elles se confrontent toutes aux mêmes problèmes et doivent inventer des solutions. Comment insérer les jeunes, ne pas se contenter de recruter des « jeunes ayant trois ans d'expérience » : où les ont-ils acquis? Mystère. Assumer le vieillissement des salariés dû au recul général en Europe de l'âge de départ à la retraite en trouvant des solutions de travail à temps partiel, de cumul emploi/retraite, de formation pour mobilité sur des postes de fin de carrière. Accompagner les parcours et faire face aux restructurations en les anticipant.

Et là les idées et les solutions des entreprises convergent. Non seulement elles convergent mais elles collent bien à quelques unes des caractéristiques du « modèle social européen » : recherche d'un équilibre vie professionnelle/vie personnelle ; distribution des rémunérations plus resserrée que dans d'autres pays du monde ; solutions négociées parce que l'Europe, même si les taux de syndicalisation sont en baisse, continue d'avoir une représentation  syndicale bien présente avec de bons taux de participation aux élections professionnelles. Et souvent intervention de l'Etat-providence par exemple pour financer du travail à temps réduit en période de crise en sorte que les entreprises ne perdent pas leurs compétences. 

 

Un chapitre inattendu : comment le grand syndicat allemand IG Metall doit, en tant qu'entreprise, faire face aux mêmes challenges : remplacer quasiment 100% de son effectif d'ici 2015 pour cause de départ à la retraite : comment attirer des jeunes, les former, leur proposer des parcours.

 

Bien sûr ce « modèle social » vaut davantage pour les grandes entreprises que pour l'ensemble de la société, mais la redistribution continue de jouer son rôle en Europe. Bien sûr, Marcel Grignard souligne qu'en s'unissant l'Europe est devenue plus hétérogène et que le développement des concurrences intra-européennes ne favorise pas le sentiment d'appartenance.

 

Le regard d'ailleurs aide à voir ce qu'est l'Europe. Des éclairages sur la Chine (Michel Aglietta et Martine Le Boullaire qui travaille depuis plusieurs années sur et avec les entreprises françaises installées en Chine : une société de contrastes, d'inégalités violentes où le statut de la terre et de la propriété joue encore un rôle essentiel. Mais aussi une société où les salaires sont en augmentation rapide, où la protestation joue un rôle de plus en plus important, où les jeunes Chinois deviennent, bien plus vite qu'on ne l'aurait pensé, attentifs à leurs équilibres de vie... La jeunesse du monde commence à se ressembler dans tous les pays. Vu d'ailleurs le modèle européen est plus attirant qu'il n'y paraît.

 

Les recommandations du Cercle européen des DRH visent à continuer d'inventer un modèle social, conscient que « l'on est davantage capables d'influer positivement sur le devenir des salariés en inventant l'avenir, plutôt qu'en défendant les acquis d'une période qui n'existe plus ». Encourager la responsabilité des entreprises (sociale et autre) plutôt que de les laisser externaliser les problèmes sociaux et environnementaux. Un bon pari.

 

Pour en savoir plus :

 

Le modèle social européen

Editions des Ilots de résistance, 2013

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Danielle Kaisergruber

Mots clés : DRH, modèle social européen, entreprises