0

Les réseaux de femmes intra-entreprises : vecteurs de transformation de pratiques professionnelles ?

par Salima Rairi - 19 Mai 2014

Nombre de gestionnaires de carrières s'accordent à reconnaitre que les réseaux sociaux formels ou informels jouent un rôle essentiel dans le développement professionnel des cadres. Jusqu'à présent, les femmes y étaient très peu présentes.

 

Women's network

Les réseaux féminins intra-entreprises ont vu le jour depuis une dizaine d'années sous l'impulsion de grands groupes américains établis dans l'Hexagone. Puis, les directives européennes relatives à l'égalité professionnelle et leur transposition dans le dispositif règlementaire national ont contribué à l'essor de ces réseaux au sein des grandes entreprises françaises.

 

En effet nombre d'entreprises ont pris conscience à cette occasion, que dans un monde instable, incertain et complexe, elles gagneraient à ce que leurs équipes de managers et de dirigeants soient davantage issues de la diversité. De telles équipes seraient plus à même de comprendre et de saisir les évolutions de cet environnement et, dès lors, de faire preuve de réactivité et de créativité. La féminisation des équipes s'inscrit dans cette quête.

 

Des réseaux de femmes se sont donc constitués au sein d'entreprises qui souhaitaient venir à bout du fameux plafond de verre. Celui ci, rappelons-le, est la résultante de préjugés conduisant à des comportements et des règles qui sont autant d'obstacles que les femmes rencontrent tout au long de leur carrière. Ces barrières explicites ou implicites touchent la culture dominante masculine et les stéréotypes persistants sur : le rôle et les capacités des femmes, les responsabilités familiales, le manque de mentoring ou l'absence de participation des femmes à des réseaux informels. Ces barrières empêchent les femmes d'accéder aux postes à responsabilité.

 

Le « réseautage »

La plupart des réseaux ont été créés à l'initiative des directions générales, qui affichent leur volonté de féminiser les équipes de direction, notamment par le partage d'expériences, le conseil, la réflexion et l'accompagnement des évolutions de carrière des femmes. Dans ce cas, le réseau participe à la mise en œuvre des politiques engagées par l'entreprise en matière d'égalité professionnelle.

 

D'autres réseaux intra sont le fruit de la prise de conscience et de la volonté de certaines femmes qui ont éprouvé la nécessité de s'organiser et de se regrouper ... en réseau.

 

Le « réseautage » est ainsi facilité au sein de l'organisation : partage de carnets d'adresses, partage d'expériences, contacts au sein de l'entreprise au-delà des entités, des divisions, possibilité de connecter le dehors et le dedans de l'entreprise avec notamment des têtes de réseaux qui couvrent un secteur d'activité donné ; la finance : «Financi'Elles » ; l'automobile : « Les Elles de l'auto » : les TIC : « Cercle InterElles »...
Les réseaux intra et leurs entreprises affichent la même volonté de faciliter l'accès des femmes aux postes de direction, de partager les bonnes pratiques, d'initier des mesures favorables au recrutement de femmes et de faciliter leur développement personnel et professionnel.

 

Transformer la culture d'entreprise dominée par un modèle masculin nécessite un travail de longue haleine. La culture ne se décrète pas, elle est la résultante d'un processus relativement long qui englobe les schémas de pensée, les représentations individuelles et collectives et les comportements de tous les membres de l'organisation.

 

Certains de ces réseaux, au-delà des actions qui relèvent du développement personnel, du décryptage des codes tacites en vigueur dans l'organisation, des actions de lobbying et de sensibilisation à la mixité, s'ouvrent d'emblée aux clientes, facilitant ainsi la relation entre les collaboratrices et leurs clientes. L'objectif étant clairement ici d'initier de nouvelles relations commerciales. Les clientes sont invitées aux principaux évènements organisés par le réseau renforçant ainsi « l'intimité» avec le client.

 

Les réseaux suspects ou réellement utiles

Bien que souvent actifs, les réseaux intra semblent avoir un positionnement plutôt flou qui parfois questionne leur légitimité. Initiés par la direction, ils suscitent suspicion de la part des salariés. Créés par des femmes de l'entreprise, ils sont crédités d'un faible impact sur l'organisation.

 

Le réseau peut être partie prenante du dialogue social dans la mesure où il a une bonne connaissance du terrain et peut mener des expérimentations. Dans ce cas, peut-il être un réel partenaire pour mettre en œuvre une stratégie hommes /femmes dans l'entreprise?

 

Ne risque-t-il pas d'entrer en concurrence avec les partenaires sociaux ?

 

De fait, nombre de réseaux intra jouent un rôle d'aiguillon afin de d'accompagner l'évolution des mentalités tant en ce qui concernent les femmes elles-mêmes que l'organisation dans son ensemble, notamment à travers les équipes dirigeantes.

 

A propos de l'auteur

Salima Rairi est consultante et chargée de recherche sur l'égalité professionnelle hommes-femmes.

 

Crédit photo : CC/Flickr/JodiWomack

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Salima Rairi

Mots clés : réseaux intra-entreprises, Salima Rairi, rôle, développement des cadres