0

Libéralisation de la Poste : fronde des facteurs autrichiens

par Clotilde de Gastines - 19 Novembre 2008

poste autriche

La Poste autrichienne veut supprimer 9000 emplois d'ici 2015.

Pour faire face à l'ouverture du marché à la concurrence, la Poste autrichienne envisagerait de licencier 9 000 personnes d'ici 2015. Mille bureaux devraient fermer. Les principaux syndicats (sociaux-démocrates, chrétiens et socialistes) prévoient de lancer une grève à Noël. Le comité directeur de la Poste n'avait pas jugé nécessaire de prévenir les partenaires sociaux avant de rédiger la feuille de route. Or, l'information a filtré dans la presse.

Le ministre des infrastructures, Werner Faymann, s'est empressé d'interdir la fermeture des bureaux de postes menacés, au moins jusqu'en juillet 2009. Cette décision ne rassure pas, car l'Etat ne possède que 51% du capital de la Poste, le reste appartenant à des actionnaires privés.

Pour rappel, la libéralisation totale du marché postal est fixée à janvier 2011 (2013 pour certains Etats membres). L'objectif lancé en 1993 par la Commission européenne est d'ouvrir les monopoles d'Etat à la concurrence afin de rendre les services postaux moins chers, plus rapides, plus efficaces et plus innovants. Pour l'instant, les postes possèdent encore leur «domaine réservé», qui représente plus de 70% du total des lettres postées dans l'Union Européenne et environ 60% des recettes globales des services postaux. 

En comparaison, la France s'est engagée par le contrat de service public 2008-2011 signé le 23 juillet dernier à posséder au moins 51% du capital de la future Poste. L'Allemagne quant à elle ne possède déjà plus que 31% de son ancien monopole, la Deutsche Post.

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Clotilde de Gastines

Mots clés : Poste, Union Européenne, libéralisation, privatisation, grève