0

Manager un peu, beaucoup, à la folie

par Arthur Stress - 17 Novembre 2009

 

burt out

Je suis un cadre intermédiaire, celui qu'on appelle maintenant autonome, cela a permis au passage de nous supprimer le décompte de nos heures de travail. Mais bon, juste un peu couillonné.

 

J'ai quelques années d'ancienneté après une école d'ingénieur. Je suis dans une grosse boîte, celles qui sont en permanence en réengineering, en transforming... L'environnement l'impose, c'est la guerre sur les marchés, il faut bien s'adapter. Mais bon, juste quelques courbatures.

 

Alors nous changeons d'organisation, régulièrement, trop souvent. Nous adoptons des méthodes de travail nouvelles, je suis souvent dans des groupes de projet, c'est plutôt sympa j'ai plusieurs chefs, hiérarchique, fonctionnel, projet... parfois j'ai du mal  quand j'ai besoin d'un coup de main. Mais bon juste un peu seul.

 

Enfin pour que tout ça fonctionne je fais des tableaux de bord, dans tous les sens sur tous les sujets, même que parfois on me demande le même, mais dans un autre ordre. Cela ne poserait pas de problème s'il ne fallait pas tout refaire à chaque demande. Mais bon, juste un peu débordé.

 

Je ne vous ai pas parlé de mon équipe, enfin celle dont j'ai la charge. Trente ouvriers en hiérarchie directe aujourd'hui, mais peut être que demain ça va changer. Il faut faire les entretiens annuels, à la chaine sinon je n'y arrive pas. Et on vient d'inventer un entretien de mi-année. Comme si j'avais besoin de ça pour m'occuper. De toute façon, il faut que je les note individuellement, c'est plus motivant, la performance collective se compose d'abord des performances individuelles. Mais bon, juste un peu paumé.

 

Et voilà que récemment on m'a demandé de faire attention aux signes individuels susceptibles de laisser supposer que peut-être un des ouvriers pourrait avoir l'idée de se suicider. Donc il va falloir que je prenne du temps pour aller dans l'atelier, mais je ne sais pas quand je ferai mes tableaux de bord, quand j'irai dans mon groupe projet... quand... quand. Mais bon, juste un peu tiraillé.

 

Enfin j'ai un ordinateur portable, j'ai tout le temps de faire ça à la maison, le soir ou en week-end. Là, mon épouse et mes enfants que j'aime et que j'adore vont le prendre mal c'est sûr. Dans un premier temps, je vais rester un peu plus au bureau, c'est sûrement mieux. Ils comprendront. Je n'irai plus à la chasse, tant pis. Mais bon, juste pas bien.

 

Aujourd'hui, j'y arrive plus, je me fais engueuler de tous les côtés, mes chefs disent que je traîne, mon équipe dit que je ne suis pas là, ma famille fout le camp ... tout ça à cause de ce putain de boulot qui me prend la tête, tout le temps. Je ne suis peut-être pas au niveau, mais à qui en parler sans que je sois jugé. Ca fait des mois que ça dure. Mais bon, juste trop longtemps.

 

Demain au bureau, il faut que je fasse quelque chose.

 

Ce matin, je suis arrivé au bureau, je ne sais pas pourquoi j'avais mon fusil dans la voiture, j'ai voulu me faire sauter la cervelle (au moins, après, plus de problème) au dernier moment j'ai dirigé mon fusil sur mon chef qui passait par là, c'est sa faute si j'en suis là, il est mort. Mais bon, juste...

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Arthur Stress