0

Pas de déferlante des travailleurs de l'Est de l'Europe en France

par Euractiv.fr - 19 Octobre 2009

oiseaux migrateurs

Au moment de la campagne référendaire sur la Constitution européenne, la vague annoncée de « plombiers polonais » avait nourri les craintes de voir le marché français de l'emploi ébranlé par la concurrence déloyale des pays de l'Est. Le débat n'avait pas grand-chose à voir avec le projet de Constitution puisque le principe de détachement des travailleurs résultait de la directive Bolkenstein. Mais l'amalgame a fait son effet, emportant dans son sillage un rejet net de la Constitution.

La mobilité des travailleurs est donc un sujet sensible en France, et les contre-vérités qu'elle draine sont difficiles à réfuter en raison du manque de statistiques fiables sur le sujet. En effet, le recensement des travailleurs étrangers exerçant en France se fait par le biais du nombre de titres de séjour portant la mention « travailleurs ». Or, certains ressortissants de l'UE venus dans le cadre du regroupement familial disposent d'un autre type de titre de séjour qui leur permet pourtant de travailler légalement sur le territoire français.

 

Les chiffres publiés par Eurostat sont donc à prendre avec précaution, d'autant plus que l'organisme européen ne dispose à ce jour d'aucune donnée sur bon nombre de travailleurs issus des pays de l'Est. Dans le cas de la Pologne, 15 000 travailleurs ont été recensés en France en 2005 contre 14 000 en 2007. Contrairement à la déferlante annoncée, on s'orienterait donc plus vers une stabilité voire un léger déclin.

Mais Eurostat ne fournit pas de chiffres exacts pour les autres nationalités, aucune conclusion définitive ne saurait donc être tirée. La comparaison avec la Grande Bretagne se révèle en revanche éclairante : en 2005, 88 000 travailleurs polonais ont été recensés Outre-Manche. Trois ans plus tard, ce chiffre est porté à 370 000, soit quatre fois plus. Au total, le pays aurait accueilli 500 000 travailleurs de l'Est depuis 2004. Autant dire que la France ne joue pas dans la même cour. La part dérisoire de travailleurs polonais présents sur son territoire au regard des effectifs accueillis en Grande-Bretagne résulte de l'application par la France d'une politique migratoire relativement stricte à l'égard des derniers pays ayant rejoint l'UE.

 

La libre circulation des travailleurs issus des Etats de l'Est n'est intervenue que très progressivement. En mars 2006, le gouvernement français a opté pour une « suppression progressive et contrôlée des restrictions » à la libre circulation des travailleurs. L'ouverture partielle du marché du travail français a démarré dans des secteurs souffrant de pénuries de main d'œuvre (ex : systèmes de soin, hôtels et restaurants, transports et construction).

L'article complet sur Euractiv.fr

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Euractiv.fr

Mots clés : migrations, Europe de l'Est, Eurostat, Euractiv