0

Quand le foot oblige le Qatar à réformer son droit du travail

par Albane Flamant - 31 Mars 2014

En septembre 2013, le quotidien britannique The Guardian révélait les conditions de travail déplorables des immigrés travaillant au Qatar sur le chantier de la Coupe du Monde de Football 2022. Le sous-comité des droits de l'homme du Parlement Européen était en visite au Qatar la semaine dernière pour rendre compte de la situation de ces travailleurs. Durant leur visite, les officiels qataris ont promis aux eurodéputés d'entreprendre une réforme conséquente de leur droit du travail.

 

Qatar 2022

Selon l'eurodéputé britannique Richard Howitt, la réforme devrait être publiée d'ici la fin de l'été prochain. On peut toutefois se demander quelle sera son étendue : les officiels sont restés vagues et semblent hostiles à toute formation de syndicats qui pourraient interférer avec la sécurité du pays. Ils ont toutefois promis une réforme partielle du système de parrainage (‘Kafala') visé par la vidéo du Guardian. Sous la loi actuelle, les travailleurs immigrés doivent remettre leur passeport à leurs employeurs à leur entrée dans le pays et sont très limités par le bon vouloir de ces derniers.

 

Suite aux révélations du Guardian, le Parlement Européen avait adopté en Novembre 2013 une résolution exprimant ses inquiétudes face au traitement des travailleurs immigrés au Qatar.

 

Le mois dernier, le gouvernement du Qatar avait annoncé qu'il poursuivrait tout employeur ne respectant pas le bien-être des ouvriers de la construction. Cet avertissement ne change cependant rien au droit du travail qatari.

 

Dr. Khalid bin Mohammed Al Attiyah, le premier ministre qatari, a également annoncé lors de sa visite en Allemagne la publication le mois prochain d'un rapport indépendant sur les conditions de travail dans son pays. Il y a en ce moment plus de 1,8 million d'étrangers travaillant au Qatar sur des projets liés à la Coupe du Monde de Football 2022.

 

Ci-dessous, le fameux vidéo-reportage du Guardian: 

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Albane Flamant

Mots clés : Qatar, Coupe du Monde 2022, droit du travail, the Guardian, Parlement Européen, sport