0

S'orienter pendant les études

par Paul Courtaud - 25 Avril 2016

Paul Courtaud a co-fondé en 2013, alors qu'il était en terminale au lycée, une société qui propose des appuis aux collégiens, lycéens et étudiants, et à leurs familles, confrontés à la multiplicité des parcours d'études et à la difficulté de faire des choix. Il répond aux questions de Metis.

 

people



Vous avez créé FUTRNESS, une société qui vise à apporter des conseils à l'orientation pour les jeunes durant leur scolarité et leurs études. À partir de quels constats ?


Nos constats : environ un jeune sur deux se réoriente ou redouble à la fin de sa première année dans les études supérieures. Le coût moyen d'une année d'études en France est de 8 400 euros (comprenant la vie universitaire). Le redoublement ou la réorientation représente donc un investissement lourd. Mais c'est avant tout une remise en question forte de l'étudiant qui peut entraîner une baisse de confiance et parfois un décrochage. C'est ce que nous souhaitons éviter avec l'aide d'un Coaching d'orientation. Et dans le même temps :


• Le marché de l'emploi bouge rapidement, des métiers disparaissent, d'autres se créent. Il faut donc avoir une visibilité sur cette évolution et rendre les jeunes adaptables pour répondre rapidement à ces changements ;
• le nombre d'offres de formations et de cursus se multiplie ;
• la combinaison de dizaines de milliers de formations (en France) et des métiers qui évoluent rendent complexes les décisions d'orientation pour les jeunes et leurs parents.


Est-ce que votre démarche signifie que l'orientation en milieu scolaire et universitaire est insuffisante ? Comment vous situez-vous par rapport aux structures d'accompagnement existantes, par exemple les Missions Locales pour l'emploi des jeunes ?


Notre accompagnement est, à mon sens, complémentaire de celui des acteurs publics de l'orientation. Nous n'intervenons pas à la même échelle, nous sommes un complément à la marge sur une démarche individuelle. Nous sommes d'ailleurs en lien avec tous les acteurs publics de l'emploi. En effet, ces derniers sensibilisent et informent les jeunes pour les préparer progressivement à prendre des décisions d'orientation. FUTURNESS accompagne les jeunes à travers un programme individuel avec la possibilité de laisser décanter les informations entre deux étapes. Nous recrutons des professionnels de l'orientation formés chaque semaine aux nouvelles pratiques, à la connaissance des métiers qui bougent et aux évolutions des formations.


Aujourd'hui l'État coupe les budgets pour se retirer progressivement de l'orientation, mission confiée aux Régions (Voir : Danielle Kaisergruber, Metis, « L'orientation désorientée ou ré-orientée ? »). Les conseillers d'orientation publics sont surchargés et peuvent donc n'apporter qu'une aide ponctuelle. Pourtant, un suivi plus régulier est souvent nécessaire et n'est pas envisageable dans le cadre existant. Dans l'Education Nationale, le nombre de conseillers d'orientation est passé de 7500 à 2500 en quelques années. Nous prolongeons l'activité des acteurs publics d'orientation auxquels il arrive d'ailleurs de « prescrire » FUTURNESS ponctuellement.


Comment travaille-t-on avec des jeunes qui n'ont pas encore d'expérience et peut-être aussi souvent pas encore de projet ? L'accompagnement inclut-il les familles et de quelle manière ? Comment se passe concrètement le suivi d'une personne ? Quelle est la part de l'information, du conseil ?


La plupart des jeunes que nous accompagnons n'ont aucun projet défini. Nous prenons le temps de bien les connaître, de faire émerger leurs grands traits de personnalité, leurs motivations, d'imaginer les milieux dans lesquels ils pourront s'épanouir pour favoriser leur apprentissage. Les familles sont là au début pour poser un cahier des charges précis qui prend en compte tous les prérequis réalistes pour les parents (financiers, géographiques) et lors de la conclusion du programme pour qu'il y ait consensus sur le projet et le plan d'action. Nous sommes souvent également médiateurs dans cette situation.Nous veillons à ce que les métiers proposés soient en adéquation avec l'ouverture sur le marché de l'emploi pour offrir le maximum de chances au jeune d'obtenir plu tard l'emploi qu'il désir. Une fois un objectif de métier fixé (et des plans B et C de métiers préparés), nous construisons avec lui le meilleur parcours d'études.


Est-ce que les jeunes ou les familles qui s'adressent à vous ont des caractéristiques sociales particulières ? Comme il s'agit d'un accompagnement payant, des familles moins à l'aise financièrement ont-elles recours à vous ?


Les familles sont d'origines sociales diverses aussi bien ouvriers que CSP +. Ce sont toujours des parents qui sont conscients que cet investissement, à peu près équivalent à l'achat d'un téléphone portable, leur fera économiser beaucoup pour la suite en évitant les erreurs d'orientation. Les familles qui s'adressent à nous sont conscientes de l'importance de faire le bon choix d'orientation. Contre toute attente, nous avons une part importante de familles à faible revenu qui ont recours à nos services car elles souhaitent éviter une réorientation coûteuse mais également s'assurer que le jeune ait le maximum de chances d'obtenir un emploi à l'issue de sa formation. Nous nous adressons globalement aux familles qui investissent dans l'avenir de leurs enfants.


On peut imaginer que de nombreux jeunes utilisent massivement les ressources en ligne pour s'orienter. Comment est-ce que cela s'articule avec votre démarche ?


De nombreux sites naissent apportant des sources d'informations supplémentaires sur l'orientation. Nous aidons justement à faire le tri dans toutes ces informations. Nous aidons le jeune à choisir celles qui le concernent réellement, au delà de tout effet marketing.


Grâce notamment à une base de données importante au niveau national et international, FUTURNESS a pris le virage du digital il y a deux ans en développant une plate-forme en ligne en support du coaching sur laquelle les jeunes peuvent passer leurs tests et coupler cela avec les métiers faits pour eux et les formations pour y parvenir. Nous avons donc mis en place une plateforme où le jeune, dans son espace privatisé, peut dialoguer à distance, en visio ou par chat, avec son coach à tout moment. Nous offrons donc, en plus de l'accompagnement du coach, un outil digital puissant pour rendre le jeune maître de son orientation. Mais nous avons aussi choisi, en faisant payer le jeune, d'être réellement objectifs : n'oublions pas que si sur internet le service est gratuit ce sont vos données qui ne le seront pas, et par ailleurs l'établissement qui paye le plus cher sera le plus mis en avant.


Pour en savoir plus :
Le site internet de FUTURNESS

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Paul Courtaud

Mots clés : Orientation, FUTURNESS, accompagnement payant, ressources en ligne, base de données, adaptabilité, projet professionnel, Paul Courteau