0

Sous-Traitance : des conditions de travail plus difficiles chez les preneurs d'ordres

par Christophe Teissier - 07 Mars 2012

E. Algava, S. Almira, Sous-Traitance : des conditions de travail plus difficiles chez les preneurs d'ordres, DARES Analyses n° 011, février 2011

 

Ce bref document porte sur les différences affectant les conditions de travail des salariés selon qu'ils sont employés ou non par des entreprises sous traitantes. Il s'appuie sur l'exploitation des résultats de l'enquête « Changement Organisationnel et Informatisation (COI)  2006-2007. Cette dernière, couvrant notamment employeurs et salariés de 14 000 entreprises  du secteur privé de 10 salariés et plus, visait à mesurer les changements organisationnels et les évolutions de l'informatisation entre 2003 et 2006. Sur cette base, un ensemble d'informations relatives aux entreprises d'une part et à diverses dimensions des conditions de travail d'autre part, ont pu être recueillies. Ainsi, 18 % des entreprises d'au moins 20 salariés sont des donneurs d'ordres exclusifs pendant que 4% sont à la fois preneurs et donneurs d'ordres et 7 % sous-traitants exclusifs. Au niveau des conditions de travail,  le constat dominant est celui de conditions de travail plus difficiles dans les entreprises sous-traitantes en termes notamment de poids du travail  prescrit et formalisé, de rythmes de travail et de fréquence du travail de nuit. Les auteurs concluent à une « moindre soutenabilité » du travail chez les sous-traitants de dernier rang.

 

Télécharger le document

 

 

 

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Christophe Teissier

Mots clés : Sous-traitance, incidences sociales, régulation, entreprise-réseau, globalisation