0

Travail des jeunes en Asie : peut mieux faire !

par Organisation Internationale du Travail - 01 Septembre 2014

La majorité des jeunes en Asie et dans le Pacifique ont un emploi de qualité médiocre, ou se trouvent au chômage. C'est la conclusion principale d'une étude récente de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) dans cinq pays de la région (Bangladesh, Cambodge, Népal, Samoa et Vietnam), qui attire l'attention sur l'instabilité et la vulnérabilité auxquelles doivent faire face ces jeunes travailleurs.

 

Travail vietnam

Si le chômage demeure une préoccupation essentielle des jeunes de la région, le travail de mauvaise qualité est un problème nettement plus grave. Parmi ceux qui ont un emploi, très peu disposent d'un contrat de travail en bonne et due forme ou d'un accès à des avantages fondamentaux comme le congé maladie rémunéré ou la sécurité sociale.

 

«Le manque de perspectives d'emploi sûr, associé à une meilleure éducation, l'accès aux technologies modernes et l'exposition aux avantages supposés des économies développées, créent un risque de frustration au sein de la jeunesse. Ce qui, par conséquent, peut aboutir à des troubles politiques et à l'expatriation», déclare Sara Elder, spécialiste de l'emploi des jeunes à l'OIT et auteur du rapport.

 

Le rapport note un lien étroit entre éducation et emploi. L'un des problèmes relevés est que le niveau d'instruction reste relativement bas dans la région, en dépit de récents progrès.

 

Au Bangladesh, au Cambodge et au Népal, plus de 50 pour cent des jeunes terminent leur scolarité en fin de cycle primaire ou avant. Au Cambodge et au Népal, les jeunes femmes risquent davantage d'abandonner tôt. Les «raisons économiques» sont l'explication la plus fréquemment fournie, ce qui signifie que la pauvreté du ménage se transmettra à la génération suivante.

 

Crédit photo : CC/Flickr/Jean-Pierre Dalbéra

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Organisation Internationale du Travail

Mots clés : Asie & Pacifique, jeunes, chômage, travailleur indépendant, inadéquation des qualifications