0

Vacances et congés : quesaco ?

par Christophe Teissier - 16 Juillet 2009

Je pars en congés ! Je pars en vacances ! Combien de fois entendons-nous indifféremment ces joyeuses remarques en cette période estivale ? Pour autant, vacances et congés désignent - ils la même chose ? La réponse est évidemment nuancée.

congés payés

Le terme congé emprunte au registre du droit. Globalement, sont des congés les périodes de temps libérées des activités normales de travail. Il s'agit de mettre de côté le travail, ou, plus précisément, le lien qui unit l'employeur à son salarié. Cette mise à l'écart peut être définitive : l'employeur donne congé à son salarié en résiliant le contrat qui le lie à lui. Elle peut-être également temporaire. C'est d'ailleurs à des situations de cette nature que le terme de congé trouve à s'appliquer toujours davantage. Les congés désignent alors de multiples dispositifs couvrant des périodes pendant lesquelles le salarié est autorisé à interrompre son travail.

La diversité des situations dénommées « congés » tient dans ce cadre aux finalités variées pour lesquelles les dispositifs de congés sont mobilisés. Il suffit d'ouvrir le code du travail pour s'en convaincre : congés de reclassement, congés individuels de formation, congés de mobilité, congé parental, congé de soutien familial, congé sabbatique, congé de solidarité, etc... Autant de situations dans lesquelles l'obligation de fournir du travail est mise entre parenthèses pour permettre au salarié de se consacrer à d'autres tâches, qu'elles aient trait à sa famille, à la construction de son parcours professionnel ou à l'exercice de mandats politiques. Ceci rappelé, on conçoit que « les vacances » n'épuisent pas la variété des congés et plus, qu'elles ne coïncident guère qu'avec les congés qualifiés de payés. C'est à eux en effet que la définition la plus couramment évoquée des vacances correspond le mieux : cette période de repos, de cessation des activités de travail, au cours de laquelle les salariés, libérés de la subordination juridique, retrouvent la liberté d'organiser eux-mêmes leur temps.

Tous les congés, loin s'en faut, n'impliquent pas le repos, l'oisiveté, le temps librement utilisé. Plus même, la littérature nous apprend que les idées communes véhiculées par le terme vacances en français, ceux de « vacation » et « holiday » en anglais, ou de « Ferien » et « Urlaub » en allemand signalent l'interruption du temps de travail et la libre circulation des personnes. C'est dire que l'idée de vacances est intimement liée à celle de départ, de déplacement. Or, dans nombre d'hypothèses, les congés ne conduisent pas, en fait ou en droit, à reconnaître une telle liberté à leurs bénéficiaires. Symétriquement, la notion de congés payés n'épuise pas celle de vacances. Il est des temps de repos et de loisirs aux yeux des individus qui ne sont pas considérés par le droit comme des congés. Pensons aux fameux jours RTT.

En résumé, congés et vacances, ce n'est pas tout à fait la même chose, mais un peu quand même : ce qui reste en effet de commun aux deux notions, c'est qu'elles renvoient à une interruption du travail habituel. Est-ce pour autant que cette interruption signifie que l'on ne travaille plus ? Les vacances, temps hors travail, ne sont pas nécessairement déconnectées de finalités ou de pratiques qui les éloignent de l'oisiveté. Pensées, organisées par des organismes publics ou privés, elles ont pu ou peuvent servir de support à la socialisation des individus ou à l'apprentissage de tel ou tel savoir-faire. Le touriste du 18ème siècle est sans doute, de ce point de vue, bien loin des scouts réunis dans un camp de vacances. N'y a-t-il pas un peu de travail dans tout ça ? Par ailleurs, certains congés soulèvent une vive difficulté si l'on tente de définir la part respective de travail et de loisirs qu'ils recouvrent : enseigner le français à des enfants africains, est-ce du travail ou des loisirs ? Sans doute un peu des deux.

Que conclure alors ? Au moins que la multiplication des dispositifs de congés et la diversité des usages du « temps des vacances » brouillent la distinction entre le travail et les loisirs.

 
haut de page

A propos de cet article

Auteur(s) : Christophe Teissier

Mots clés : congés, vacances, temps libre, droit du travail