Une nouvelle géographie du travail2021-02-05T15:55:33+01:00

Dossier : Une nouvelle géographie du travail

Imaginons que la demande pour le travail à distance  reste très forte, quels nouveaux arbitrages seront faits entre domicile, lieu de travail, transports et modalités de transport ? Travailler à Lyon et habiter dans les montagnes des Alpes ? Pas sûr que ce soit bien pour le climat ! Metis poursuit l’analyse du « travail à distance » et de ses contradictions. Affaire à suivre…

Le travail à distance n’est pas (du tout) ce que vous croyez (Saison 2)

Contrairement à la doxa du travail proclamée dans les médias, sur les réseaux sociaux et — malheureusement aussi — dans les entreprises, le travail à distance n’est pas un obstacle au développement des compétences, il n’érode pas le sentiment d’appartenance à l’entreprise, il ne détériore pas la santé des salariés. Si le taux de satisfaction des télétravailleurs s’est effectivement légèrement effrité par rapport à son point maximum, il reste à un niveau élevé, malgré la persistance de la crise sanitaire et la morosité des perspectives économiques. Finalement, la clé de voûte du travail à distance, ce qui le fera tenir et progresser dans la durée, repose sur la transition managériale en cours dans les entreprises.

14 février 2021|Catégories : Nouvelles géographies du travail|0 commentaire

Télétravail : les recommandations du BIT pour l’après-pandémie

L’explosion du télétravail survivra-t-elle à la pandémie ? Pour le BIT, la réponse fait si peu de doute qu’il vient de livrer un guide pratique où il dresse l’inventaire des opportunités et des risques du travail à distance et trace un cadre normatif pour en promouvoir un usage équitable et raisonné à travers le monde. Présent au webinaire organisé le 26 janvier par le Bureau de l’OIT pour la France, Metis en rend compte à ses lecteurs.

14 février 2021|Catégories : Analyses, Nouvelles géographies du travail|0 commentaire

Le travail à distance n’est pas (du tout) ce que vous croyez (Saison 1)

Le travail à distance est présenté par beaucoup comme l’antichambre de l’enfer : il dégraderait les conditions de travail, provoquerait une montée en flèche du stress et de l’isolement, éroderait la motivation des collaborateurs, détériorerait la relation managériale, le lien social, les capacités d’apprentissage, le sentiment d’appartenance à l’entreprise et l’état de santé des travailleurs. Aucune de ces affirmations n’est exacte.

6 février 2021|Catégories : Analyses, Nouvelles géographies du travail|2 commentaires

Impact du COVID et télétravail vus du territoire

Claude Grivel préside l’UNADEL depuis 2014. Il a été élu local pendant 19 ans, maire de Messein, une commune située au sud de Nancy, président fondateur d’une Communauté de Communes, en charge de la prospective au Conseil régional de Lorraine de 2010 à 2015. Cofondateur du Pays Terres de Lorraine, il a été membre de son Conseil de développement. Il vit et milite aujourd’hui au pied du massif des Vosges. Il nous livre ses réflexions sur l’impact de la pandémie.

Les enjeux croisés du travail et de la mobilité

Le développement accéléré du travail à distance change le rapport aux trajets travail-domicile. Supprimer une partie des trajets et le stress qui va avec est une motivation forte pour demander que l’expérience forcée du télétravail se poursuive : « pour aller au bureau, il faudra vraiment le vouloir » entend-on dire… Quels nouveaux arbitrages domicile/travail/transports vont se faire ? Hervé Nadal, fondateur de Mensia Conseil et directeur de la revue TIM, Transports Infrastructures Mobilité répond aux questions de Metis.