Une écologie du travail ? À propos du livre Le Prix du travail bien fait

On n’a jamais autant parlé du travail réel que depuis l’arrivée de la pandémie : le caractère indispensable du travail plus ou moins visible des uns et des autres pour notre vie quotidienne ; le travail qui se transforme et qui se fait à distance… Le livre collectif d’Yves Clot, Jean-Yves Bonnefond, Antoine Bonnemain et Mylène Zitoun Le Prix du travail bien fait porte sur des démarches conduites avant le Covid, mais ne se prive pas de tirer quelques leçons de la pandémie. C’est tout son prix !

Par |2021-06-21T11:45:59+02:0018 juin 2021|

Les syndicats loin du travail

Des sondages récents montreraient que les salariés ont plutôt trouvé les syndicats « utiles » dans cette période mouvementée pour le travail et l’emploi. Avec Travail Et ambition sociale, Plaidoyer pour une refondation du syndicalisme, Paul Santelmann livre une critique à grandes enjambées des travers du syndicalisme « à la française ».

Par |2021-05-28T12:08:04+02:0023 mai 2021|

Le caché de la Poste. Enquête sur l’organisation du travail des facteurs.

Les facteurs appartiennent au quotidien de chacun de nous. À nos imaginaires aussi (Tati bien sûr et d’autres images de films). Mais comment a évolué leur travail ? Comment est-il organisé (ou inorganisé) ? Nicolas Jounin a enquêté pour son livre Le Caché de la Poste.

Par |2021-04-12T10:38:02+02:008 avril 2021|

Consommateurs/travailleurs : le grand dilemne

Sur Insta, une influenceuse de 16 ans se moule dans une robe en viscose à 15 euros fabriquée par des ouvrières dans un atelier semi-clandestin de Leicester en Grande-Bretagne. La magie de la commande en ligne : sitôt cliqué, bientôt livré. Le Paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur : le titre du dernier livre de Denis Pennel résume parfaitement les paradoxes d’aujourd’hui.

Par |2021-03-15T12:45:49+01:0012 mars 2021|

Mon identité alsacienne au sein de la République française

Jean-Marie Luttringer a mis à profit le premier confinement pour écrire « l’histoire de 4 familles » de son côté et du côté de son épouse. Ce sont ces histoires croisées qui donnent une couleur particulière à cette identité alsacienne, faite d’allers et retours, de mélanges et de distinction, de brutalités parfois. Dans une interview publiée par le journal L’Express, le 23 décembre 2020, le président de la République a exposé sa vision de l’identité française. En substance, celle-ci repose sur le pilier de l’État et de la langue. Elle s’inscrit dans une histoire, dans des paysages et dans des valeurs républicaines que sont la liberté, l’égalité, la fraternité, ainsi que la laïcité.

Par |2021-01-25T20:28:15+01:0025 janvier 2021|

Un vrai boulot : nettoyeur du web

Twitter et Facebook viennent de supprimer les messages de Trump, reconnaissant que les réseaux dits sociaux peuvent véhiculer le pire et le meilleur. Mais pour faire du commerce et attirer des clients, les plateformes et autre GAFAM ne souhaitent pas que des contenus pourris, haineux, ou pornographiques viennent polluer les messages et les images qui vantent des produits. C’est pour faire ce nettoyage qu’est née la fonction de « modération commerciale ». C’est le mérite des chercheurs américains et notamment Sarah T. Roberts dans son livre Derrière les écrans – Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux, que d’aller enquêter derrière les écrans sur ces nouveaux boulots.

Les injustices de l’école et le populisme

À l’heure où l’école, objet de tant de critiques, continue à fonctionner dans une France largement confinée qui se protège de la pandémie, et où elle se retrouve en première ligne face à la guerre menée par le terrorisme islamiste, le dernier ouvrage de François Dubet et de Marie Duru-Bellat, L’école Peut-elle sauver la démocratie ?, arrive à point nommé. Il apporte beaucoup et vaut bien une lecture plutôt critique.

Par |2020-12-14T16:48:16+01:0013 décembre 2020|

Métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines

La prochaine fois qu’on vous demande de quoi bobo est l’abréviation, répondez boucher-bohème. En 2000 David Brooks publie Bobos in Paradise : The New Upper Class and How They Got There. Il fait du bobo un successeur du yuppie, cadre dans une multinationale comme lui, mais plus cool, préférant l’éthique et la culture au bling-bling. Le boucher-bohème, outre qu’il peut être fromager, caviste, chocolatier ou restaurateur, n’est pas le successeur du bourgeois-bohème. Il en est une variante en même temps qu’il est leur fournisseur préféré. C’est la démonstration que fait Jean-Laurent Cassely dans son livre La révolte des premiers de la classe. Métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines.

Par |2020-11-16T12:25:11+01:0015 novembre 2020|
Charger les articles suivants