EDITO

Jean-Marie Bergère

Subsidiarité

Ce n’est pas le lieu d’ajouter un commentaire aux commentaires après ce que Alain Lipietz qualifie de « double catastrophe des élections européennes en France : le bond en avant de l’extrême droite (38,8 % dont 31,4 % pour le RN), l’effondrement d’Europe Écologie Les Verts (5,5 %) » (AOC du 13 juin). Ce n’est pas non plus le lieu de donner des « consignes de vote » pour ces élections législatives précipitées. Je me souviens néanmoins que Metis Europe a été créé il y a maintenant une quinzaine d’années pour contribuer aux échanges entre pays européens, persuadés que nous avions à apprendre les uns des autres et que ce qui nous rapprochait, et qui ne demandait qu’à grandir, était le plus important.

Lire la suite

Derniers articles

Ruptures et gouvernance : un futur gouvernable ?

Par |30 juin 2024|travail de demain|

Le 19 juin, la Société française de Prospective (SFdP) organisait son douzième Printemps de la prospective. Dans le contexte de précipitation actuel, la possibilité de débattre une journée entière sur les enjeux de gouvernance, à moyen et plus long terme, des ruptures contemporaines, « écologique, géopolitique, technologique, économique, sociale, sociétale » ne se refuse pas. Jean-Marie Bergère y assistait. Il résume pour Metis quelques points qu’il a notés au fil des principales interventions.

Un p’tit truc en plus et Fainéant.es

Par |17 juin 2024|Cinéma|

La promotion de la diversité est un objectif constant dans la plupart des entreprises et organisations. À la volonté de lutter contre l’injustice que constituent les discriminations s’ajoute le souci de favoriser la créativité grâce à des idées venues d’autres univers et au fait de penser latéralement, outside the box. L’objectif et la méthode restent néanmoins fixés par le « groupe majoritaire » — je n’ose pas écrire dominant — volontaire pour inclure les différences dans un ensemble plus vaste et unique. Deux films à l’affiche adoptent un autre point de vue. Celui justement de ces personnes « différentes » et minoritaires.

L’entreprise à mission, colonne vertébrale d’un modèle européen de gouvernance

Par |17 juin 2024|Analyses, Management et entreprises|

J’ai assisté avec intérêt au Congrès européen des entreprises à mission, qui s’est tenu le 16 mai 2024 à la Maison de la Mutualité. Au cours de ce Congrès, la Communauté des sociétés à mission (CEM), qui fédère ces dernières en France, a réaffirmé son objectif de « proposer une directive sur une société à mission européenne » afin de généraliser au sein de l’Union européenne (UE), les « purpose-driven companies ». Quelles sont les chances d’y parvenir et quelle forme pourrait prendre ce cadre de gouvernance commun, qui permettrait un statut d’entreprise reconnu dans tous les pays membres ?

Charger plus d'articles

Autres dossiers

Consommer / Travailler

Avril 2023

Le care : Un travail, des métiers, une philosophie

Juin 2022

Tous les dossiers

Cinéma

The Old Oak, un film de Ken Loach et Paul Laverty

3 novembre 2023|

Nous sommes en 2016. Des familles syriennes ont fui les exactions du régime de Bachar al-Assad. Réfugiées au Royaume-Uni, elles sont envoyées au nord de l’Angleterre dans une petite ville aux maisons de briques rouges. Beaucoup de ces maisons sont vides depuis la fermeture des mines il y a une trentaine d’années. Des grèves prolongées n’ont pas empêché la fin de l’exploitation du charbon, mais elles ont laissé des souvenirs très forts où se mêlent fraternité ouvrière et sentiment d’avoir échoué.

Les films de la rentrée : Sages-femmes de Léa Fehner, et les autres

11 septembre 2023|

« Je n’ai pas signé pour ça ». Parmi toutes les sages-femmes qui exercent dans cet hôpital, Bénédicte est la plus expérimentée, celle qui accueille les nouvelles, celle qui semble la plus solide. Elle annonce sa démission. « Les horaires, je veux bien. Pas le temps de bouffer, de pisser, d’accord. Rater la petite enfance de mon fils pour un salaire de merde, ça me fait mal, mais OK, je peux le faire. Mais traiter mal les gens, ça, je ne peux pas ».

Les algues vertes

17 juillet 2023|

En 2015, une jeune journaliste, Inès Léraud, part en Bretagne enquêter sur les maladies professionnelles d’agriculteurs et d’ouvriers agricoles. Des pesticides seraient en cause. Très vite une autre actualité la rattrape. Malgré les alertes multiples et les PLAV, Plans de lutte contre les algues vertes qui se succèdent depuis 2010, ces algues prolifèrent dans plusieurs baies peu profondes proches de Saint-Brieuc. Elles représentent un risque mortel pour les animaux et les hommes.

Charger plus d'articles

Bibliothèque

Daniel Cohen, Une brève histoire de l’économie

18 mars 2024|

Pédagogue est la qualité que chacun attribuait spontanément à Daniel Cohen. Son livre Une brève histoire de l’économie, fait de cette qualité un art. La vaste fresque présentée au fil de neuf courts chapitres donne des clés pour appréhender les enjeux de chaque étape d’une histoire des sociétés qui ne réduit pas à l’histoire des activités économiques, productions agricoles, industrielles et échanges commerciaux. Les politiques publiques, les technologies, le climat, la démographie, les désirs, les rivalités, la recherche du bonheur, l’idée qu’on s’en fait, tout semble trouver sa place dans une vision dynamique et panoramique des évolutions, ruptures, paradoxes, rêves, qui caractérisent les sociétés humaines et les relations entre elles.

Vers de nouvelles articulations entre Syndicalisme et action politique ?

11 décembre 2023|

La forte mobilisation en 2023 contre la réforme des retraites a été marquée autant par l’action de l’intersyndicale et les manifestations importantes dans de nombreuses villes que par son incapacité à faire échec à la réforme. Le livre Le syndicalisme est politique ; questions stratégiques pour un renouveau syndical, coordonné par Karel Yon s’interroge sur ce que cela signifie pour le mouvement syndical, mis ainsi dans l’obligation de réexaminer son rapport au politique.

Voisins de passage. Une microhistoire des migrations

26 novembre 2023|

Dans Voisins de passage. Une microhistoire des migrations, Fabrice Langrognet, choisit « d’observer le passé à une échelle très serrée ». Il décrit de façon détaillée la vie de celles et ceux qui habitent entre 1882 et 1932 dans les immeubles mitoyens des numéros 96 à 102, rue de Paris à Saint-Denis. Plus de 500 personnes d’origine provinciale, étrangère ou coloniale, y louent, pour des durées très variables, de minuscules appartements. Les usines alentour embauchent.

Charger plus d'articles

NOS THEMATIQUES

NOS RUBRIQUES

Editos
Analyses
Interviews
Reportages
Chroniques
Cinéma
Bibliothèque
Portraits/Parcours
Points de vue
Actus