Les articles de Danielle Kaisergruber

Philosophe et littéraire de formation, je me suis assez vite dirigée vers le social et ses nombreux problèmes : au ministère de l’Industrie d’abord, puis dans un cabinet ministériel en charge des reconversions et restructurations, et de l’aménagement du territoire. Cherchant à alterner des fonctions opérationnelles et des périodes consacrées aux études et à la recherche, j’ai été responsable du département travail et formation du CEREQ, puis du Département Technologie, Emploi, Travail du ministère de la Recherche. Histoire d’aller voir sur le terrain, j’ai ensuite rejoint un cabinet de consultants, Bernard Brunhes Consultants où j’ai créé la direction des études internationales. Alternant missions concrètes d’appui à des entreprises ou des acteurs publics, et études, européennes en particulier, je poursuis cette vie faite de tensions entre action et réflexion, lecture et écriture, qui me plaît plus que tout.

Les conférences citoyennes régionales : une expérience unique

« Chacun vit une aventure à la fois personnelle et collective particulière, alternant curiosité, timidité, inquiétude, appétence à se faire entendre, à comprendre et à débattre avec d’autres malgré des différences ». Sophie Guillain est directrice générale de Res publica, l’une des sociétés en charge du Grand débat national. Elle a participé à la conception et à l’animation des 21 « Conférences citoyennes régionales » qui ont réuni des personnes tirées au sort pour un vrai débat d’une journée et demie. Elle a également participé à la restitution collective des résultats des différentes modalités du Grand débat.

« Macron Le Suédois », ou une sociale-démocratie à réinventer

Le livre d'Alain Lefebvre Macron le Suédois est bien utile pour situer la trajectoire actuelle de la France en Europe. Va-t-on vers un modèle nordique comme l'avaient affirmé lors de la campagne électorale de 2017 certains des économistes qui ont accompagné le futur président ? […]

Europe, j’écris ton nom ?

Ce n'est pas la première fois qu'au Comité de rédaction de Metis Europe nous avons discuté Europe, ni la dernière... Mais ce jour de début mars 2019, le choix fut fait d'en faire un papier. En fait, le premier épisode d'un dossier évidemment consacré au sujet. Ont participé à la discussion rue Saint-Nicolas ou en ligne : Claude-Emmanuel Triomphe qui avait créé l'Université européenne du travail en 1997 ; Jean-Marie Bergère qui adore le cinéma européen (et même au-delà), Martin Richer, grand lecteur des Rapports d'Eurofound en anglais ; Jean-Raymond Masson, longtemps responsable à la Fondation de Turin (Fondation européenne de formation) ; Jean-Louis Dayan, aussi attentif à l'économique qu'au social ; Michel Weill, lyonnais et grand voyageur en Europe et ailleurs, Eva Quéméré et Danielle Kaisergruber.

Lost in transition

« Tu fais quoi comme travail ? »« Je suis entre-deux. »Entre un job et un autre dans le meilleur des cas. Entre une formation et un emploi à trouver (ce serait bien s'il pouvait correspondre à cette formation un peu pointue que j'ai suivie durant trois mois). Au chômage. Au chômage et avec un petit boulot à côté (on appelle ça « activité réduite » et ce système s'est massivement développé depuis qu'il a été créé par accord entre les partenaires sociaux). À la charge de mon mec. À la charge de ma copine.

Les 3 « T » : travail, transport et territoires

L'époque aime les grandes oppositions binaires, fondement facile d'une rhétorique médiatique envahissante. Il en va ainsi de la fracture territoriale : la France des villes qui va bien et la France des champs qui souffre. Manque de pot : c'est au cœur de nombreuses villes et dans les proches banlieues des métropoles que se concentre le plus de pauvreté. C'est qu'en fait l'opposition entre villes et campagnes qui a structuré le débat d'une partie du 20e siècle - souvenons-nous, Paris Et le désert français de Jean-Michel Gravier en 1947 - n'est plus de mise.

2019-2049

2049 : trente ans nous en séparent. C'est beaucoup, et c'est peu à l'échelle du monde. Pourquoi cette date ? C'est celle fixée par le Président chinois pour un rendez-vous historique, déterminant, bien qu'un peu indéfini. La Chine sera devenue la première puissance mondiale bien avant. Ce sera pour le centième anniversaire de la Révolution chinoise, l'achèvement du programme « One belt, one road ». Les Européens ont retenu l'expression romantique et datée « Les nouvelles routes de la soie », mais en fait il s'agit de bien plus que de construire des voies ferrées, des tunnels et des ponts.

Par |2019-03-12T12:15:38+02:006 janvier 2019|Mots-clés : , , , , |

Je ne suis pas une moyenne statistique !

Personnellement, j'ai du mal à me dire que je suis une moyenne. Et nous, collectivement, ne ressemblons guère à des agrégats statistiques. Réflexions à propos des événements récents : comment est-il possible de ne pas savoir lire la société dans laquelle on vit, d'être autant « à côté de la plaque » (je parle de nos dirigeants en France) ? De ne rien voir, ou si peu ? Comment un tel manque d'intuitions sociologiques et de connaissance du social ? Trop de chiffres. Trop de statistiques et pas assez d'intelligence pour les faire parler.

Comment les sociétés voient les jeunes ?

Le livre de Tom Chevalier La Jeunesse dans tous ses Etats est passionnant. Il pose quelques questions essentielles aux différents Etats européens : à quel âge est-on citoyen bien sûr, mais aussi à quel âge perçoit-on telle ou telle allocation, comment sont financées les études, qui est aidé : la famille ou le jeune ? Selon les réponses, le parcours, l'entrée dans la vie active et dans la vie adulte a des couleurs différentes. Et cela dit beaucoup sur les sociétés.

Load More Posts