1 minutes de lecture

par La rédaction

Selon la Dares, un tiers de l’écart salarial entre hommes et femmes reste inexpliqué. Sur les 24% d’écart salarial, 7 points résultent du temps partiel, qui concerne en large majorité les femmes, 3 points s’expliquent par le fait que les femmes occupent en moyenne des postes moins qualifiés que les hommes, 3 points par la surreprésentation des femmes dans des secteurs d’activité moins rémunérés, 1 point par des écarts d’expérience et entre 1 et 3 points par d’autres facteurs.

« Portrait statistique des principales conventions collectives de branche en 2015 » (mars 2018)

Print Friendly, PDF & Email
+ posts

Economiste, Science Pô et praticien de la sociologie, j’ai toujours travaillé la question des conditions de la performance d’un travail dont on ne sait pas mesurer la production, dont parfois même on ne sait pas observer la mise en œuvre. J’ai commencé avec la digitalisation du travail dans les années 80 à Entreprise et Personnel, pour ensuite approcher l’enjeu des compétences par la GPEC (avec Développement et Emploi). Chez Renault, dans le projet de nouveau véhicule Laguna 1, comme chef de projet RH, j’ai travaillé sur la gestion par projets, puis comme responsable formation, sur les compétences de management. Après un passage comme consultant, je suis revenu chez Entreprise et Personnel pour traiter de l’intellectualisation du travail, de la dématérialisation de la production…, et je suis tombé sur le « temps de travail des cadres » dans la vague des 35 heures. De retour dans la grande industrie, j’ai été responsable emploi, formation développement social chez Snecma Moteur (groupe Safran aujourd’hui).

Depuis 2018, j’ai créé mon propre positionnement comme « intervenant chercheur », dans l’action, la réflexion et l’écriture. J’ai enseigné la sociologie à l’université l’UVSQ pendant 7 ans comme professeur associé, la GRH à l’ESCP Europe en formation continue comme professeur affilié. Depuis 2016, je suis principalement coordinateur d’un Consortium de Recherche sur les services aux immeubles et aux occupants (le Facility Management) persuadé que c’est dans les services que se joue l’avenir du travail et d’un développement respectueux de l’homme et de la planète.