Numéro Une

Étrange démonstration que celle proposée par Tonie Marshall. Emmanuelle Blachey, pas encore quarante ans, est une femme comblée. Membre du Comité de direction d'une entreprise industrielle, polytechnicienne, souriante, elle a l'oreille de son patron. Elle seule parle couramment chinois, avantage incomparable pour s'imposer sur un marché stratégique. Cette position suscite quelques jalousies et quelques piques, mais une courtoisie de bon aloi les rend supportables. Certes, Emmanuelle travaille beaucoup, mais elle prend le temps d'accompagner son fils à l'école, de rendre visite à son père hospitalisé et d'embrasser son mari, lui-même très occupé et souvent en déplacement.

Ce qui éloigne les femmes du marché du travail

Le 25 février, le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) publiait le résultat de son étude sur l'éloignement des femmes du marché du travail français. Sans grande surprise, on retrouve en tête des déterminants de l'activité professionnelle féminine la composition familiale et le niveau de diplôme. Ce qui surprend plus, c'est par exemple le nombre de femmes sans diplôme entre 20 et 29 ans se retrouvant sans emploi (plus de 71% en 2011, contre 48% des hommes du même âge).

Par |2018-12-17T10:16:11+02:003 mars 2014|Mots-clés : , , , , , , |