Nouvelles inégalités, nouvelles colères

« La souffrance sociale n'est plus vécue comme une épreuve appelant des luttes collectives, mais comme une série d'injustices personnelles, discriminations, expériences du mépris, mises en cause de la valeur de soi » écrit le sociologue François Dubet dans son ouvrage paru le 7 mars aux éditions du Seuil, écrit avant novembre 2018,  Le Temps des passions tristes, inégalités et populisme. The Conversation France en a publié l'introduction que Metis reprend ici.

Changer « d’école »

Le livre "10 propositions pour changer d'école" de François Dubet et Marie Duru-Bellat propose, diagnostic à l'appui, les grands objectifs et changements radicaux qui permettraient de refonder une école répondant aux exigences actuelles. Il ne s'agit pas ici de changer l'école, mais de changer « d'école ». Cette notation n'est pas anodine car le propos des auteurs est celui de l'exigence d'un changement radical. 

Par |2018-12-17T10:17:19+02:008 janvier 2016|Mots-clés : , , , , , |

Paroles de discriminés

Même si elle ne les combat pas toujours efficacement, notre société est de plus en plus sensible aux discriminations. Pour les quatre sociologues qui viennent de publier « Pourquoi moi ? » cette évolution tient surtout au fait que l'idéal sociétal à atteindre serait aujourd'hui celui d'une « société ouverte et mobile »

Par |2018-12-17T10:15:33+02:002 avril 2013|Mots-clés : , , , |

Ecoles et sociétés, quels principes pour quels résultats ?

Une école égalitaire peut s'inscrire dans une société qui l'est peu (Italie) et une école inégalitaire dans une société où ces inégalités sont plus modérées (Allemagne). Partout, mais avec une intensité plus ou moins forte, le diplôme a une forte emprise sur les carrières. C'est ce qui ressort d'une étude menée par des chercheurs français sur une trentaine de pays

François Dubet : « l’école française forme des personnes incapables de collaborer ensemble »

Dans l'imaginaire scolaire français, l'école est une Eglise, le diplôme fait office de sacrement. L'école le décerne au terme d'une compétition féroce, preuve qu'elle ne forme pas des personnes ouvertes et capables de collaborer avec d'autres, selon François Dubet, professeur de sociologie à l'université de Bordeaux et directeur d'études à l'EHESS. Entretien

Par |2018-12-17T10:14:11+02:0016 février 2011|Mots-clés : , , , , , , |