France-Allemagne : le regard de Stéphane Hessel

 Nous avions rencontré Stéphane Hessel, grand résistant, ambassadeur de France, diplomate à la carrière atypique un mois avant son décès. Il avait évoqué pour nous l'importance de l'amitié franco-allemande et l'urgence des combats à mener pour la démocratie. Nous reprenons dans Metis sa dernière interview qu'a publiée récemment Macadam-Trott-war.

Par |2018-12-17T10:15:35+02:0022 avril 2013|Mots-clés : , , , , |

Quand l’indignation flambe

« Les citoyens n'ont plus confiance dans les gouvernements pour les protéger de ce qui est le fruit de l'endettement, de la privatisation. S'ils s'indignent aujourd'hui c'est surtout parce qu'ils voient des gouvernements qui ne peuvent plus faire fonctionner la démocratie, comme cela est attendu de leur part. Les besoins essentiels - le bien être, le bien vivre - ne sont plus assurés car ils ne sont plus à l'abri de la recherche du profit. En outre, les oligarchies sont dominantes dans nombre de pays qui se disent démocratiques ». Ces extraits de l'interview exclusive qu'avait accordée Stéphane Hessel à Metis en janvier 2012 résonnent aujourd'hui de manière éclatante dans notre continent. Petit tour chez nos proches et moins proches sans oublier Chypre !

Stéphane Hessel : « nous devons viser à la fois mondialisation et démondialisation »

En janvier 2012, Stéphane Hessel accordait à Metis un entretien exclusif. Retour sur la crise, la mondialisation, la démocratie, la gouvernance et le syndicalisme