Une tribune pour sauver l’Europe

C'est au travers d'une tribune publiée dans de nombreux médias nationaux en Europe, dont Le Monde, qu'un collectif - notamment composé d'Alain Supiot et de Claude-Emmanuel Triomphe - dresse le diagnostic d'une Europe en crise et prend voix au chapitre... à quelques mois des élections.

Le big bang de la formation vu d’Europe

Les annonces de Muriel Pénicaud concernant la réforme de la formation professionnelle continue (FPC) ont eu un grand retentissement. De fait, la transformation du Compte personnel de formation (CPF) en un compte en euros plutôt qu'en heures, la collecte des fonds de la FPC par les URSSAF, la transformation des OPCA en Opérateurs de compétences avec des missions mieux ciblées auprès des PME/TPE, la création d'une agence nationale France Compétences notamment chargée de l'assurance qualité et enfin le renforcement des organismes d'orientation/conseil en évolution professionnelle sont des changements considérables. Et il semble intéressant de les confronter aux réformes entreprises dans d'autres pays européens.

Le travail à l’ère de l’intelligence artificielle

Le mathématicien Cédric Villani, désormais député de la République en marche, n'est pas avare de rapports. Après le tout récent rapport sur l'enseignent des maths, le voilà sur le point d'en sortir un autre sur l'intelligence artificielle. Si le sujet filtre bon son côté French Tech et « nouveau monde », il n'en est pas moins un vrai sujet où peuvent se mélanger les rêves et les fantasmes les plus débridés avec les craintes les plus angoissantes. Un monde de robots ou à tout le moins d'humanoïdes associés ! Le futur rapport devrait nous éclairer sur ce qui est en train de se passer en général, mais aussi et comme on s'en doute sur le choc de l'IA avec le travail et l'emploi.

Fabrique des compétences « vertes » et innovation pédagogique

La tonalité des derniers rapports de la Commission européenne comme de l'OCDE a changé : le développement des « compétences vertes » est vu comme une occasion de changer les méthodes de formation et de bousculer les systèmes éducatifs. Quelques initiatives :

Chômage : que faudrait-il mesurer ? 

C'est le B A BA du statisticien : pas de mesure rigoureuse sans définition précise et stable de l'objet à mesurer. Pour le chômage, le Bureau International du Travail (BIT) l'a posée de longue date: un chômeur est une personne sans emploi, à la recherche effective d'un emploi et disponible immédiatement pour l'occuper. Simple a priori, et conforme au bon sens, cette trilogie soulève pourtant, à l'épreuve des situations concrètes, une foule de questions. Dans cette deuxième partie de son article sur la mesure du chômage, Jean-Louis Dayan s'interroge sur ce que les statistiques ne mesurent tout simplement pas.

Réformes structurelles en Europe : des économistes au-dessus de tout soupçon ?

Le Conseil européen du 18 décembre 2014 a entériné le « plan Juncker » de relance pour l'Europe et appelé à la création, au sein de la Banque Européenne d'Investissement, d'un nouveau Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFIS), qui serait doté de 21 milliards d'euros, et viendra en soutien dudit plan. Les propositions législatives de la Commission européenne sont attendues pour début 2015, et la mise en place du Fonds pour le milieu de l'année. Comment tout cela se combinera-t-il avec la mise en oeuvre des réformes dites structurelles ? 

Négociation collective à la baisse

Il ne faut pas s'y tromper : les années qui viennent risquent de ne pas être favorables aux salaires dans nombre de pays de notre continent. Croissance nulle ou presque, pressions continues sur les prix, gel ou baisse des dépenses publiques : il faudrait des miracles pour continuer à gagner plus ! Or, à l'heure où il est de bon ton de faire l'apologie du dialogue social, la négociation collective ne se porte pas très bien en Europe.

Lueur d’espoir à Bruxelles ?

Faut-il encore espérer quelque chose de la Commission Européenne ? Sa manière de fonctionner, son autisme vis-à-vis de nombreuses questions, sa langue de bois, ses dogmes libéraux parfois encore plus durs que ceux professés à Washington... : nombreux sont les arguments qui ne plaident pas en sa faveur. Mais la nomination de Jean Claude Juncker, ancien leader d'un pays fondateur et politicien expérimenté, pourrait (peut-être) changer la donne et la nouvelle Commission, qui entrera en fonction le 1er novembre, nous surprendre. Voyons pourquoi.

Quand l’indignation flambe

« Les citoyens n'ont plus confiance dans les gouvernements pour les protéger de ce qui est le fruit de l'endettement, de la privatisation. S'ils s'indignent aujourd'hui c'est surtout parce qu'ils voient des gouvernements qui ne peuvent plus faire fonctionner la démocratie, comme cela est attendu de leur part. Les besoins essentiels - le bien être, le bien vivre - ne sont plus assurés car ils ne sont plus à l'abri de la recherche du profit. En outre, les oligarchies sont dominantes dans nombre de pays qui se disent démocratiques ». Ces extraits de l'interview exclusive qu'avait accordée Stéphane Hessel à Metis en janvier 2012 résonnent aujourd'hui de manière éclatante dans notre continent. Petit tour chez nos proches et moins proches sans oublier Chypre !

Load More Posts