Classes moyennes, ultra-riches et égalité des chances

Les travaux sur les inégalités sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure que l’on perçoit les effets économiques et politiques qu’elles engendrent. Certains acquièrent une notoriété mondiale comme ceux de Thomas Piketty ; il en est de même pour l’essai de Branco Milanovic intitulé Inégalités Mondiales.

Dans quel monde vivons-nous ?

Parmi les explications de l'état d'incertitude, d'indécision, de trouble souvent ressenti aujourd'hui, il y a peut-être les difficultés à se représenter le monde dans lequel nous vivons. Il y a tout à coup comme « une absence de continuité entre la société d'hier et la société de demain ». C'est à décrire et analyser ce monde d'aujourd'hui que se consacre Pierre Veltz dans son dernier livre, La société hyper-industrielle, le nouveau capitalisme productif. Il prend le revers de quelques idées reçues :

« Back office » contre « front office », quel rôle joue le travail dans le vote en France ?

La transformation de la France en une société de services a redistribué les rôles sociaux entre ceux dont le travail se fait dans la lumière et une classe de serviteurs, dont le travail est invisible. Ce clivage est primordial pour comprendre comment se structure la vision qu'ont les citoyens de leur place dans la société et le choix du candidat qui les représentera le mieux. Cet article a été publié sur le site Slate.fr

Une plongée profonde dans les vies au travail : Patricia, Romain, Nabila et les autres

La puissante silhouette de François Chérèque n'arpente plus les couloirs du boulevard de La Villette ni ceux de l'Inspection générale des affaires sociales où il avait entrepris avec enthousiasme d'exercer un nouveau métier. C'était un homme BIEN. Je ne vois pas de mot plus simple, plus vrai pour le définir

Ça Trump énormément !

Dans un précédent édito, Metis vous invitait à résister au pessimisme ! Après le Brexit et autres joyeusetés d'ici ou d'ailleurs, voilà que nos cousins américains nous infligent le « T » - test ! Mercredi dernier, nous avons été nombreux à ne pas y croire. Comment un individu sexiste, raciste, homophobe, tricheur, menteur, grotesque et j'en passe, a-t-il pu accéder à la présidence des USA ? Incroyable mais vrai. Tristement vrai même s'il faut faire la part entre faire campagne et gouverner. Que faire ?

Les relocalisations industrielles en France

Une étude récemment publiée fait le point sur les « Relocalisations d'activités industrielles en France ». Emanant conjointement du Centre d'Etudes et Prospective et de Sémaphores (Groupe Alpha) ainsi que de l'Association du Centre d'études des Dynamiques Internationales de l'Université Paris-Dauphine, elle montre combien les dynamiques de la mondialisation évoluent et combinent, entre autres, logiques de dé - mais aussi de re - localisations. Extrait de la synthèse finale.

La globalisation n’est pas l’avenir de la mondialisation

« L'avenir de l'origine, génèse de la mondialisation » est un travail d'analyse « méta » sur le monde comme il va. Notre monde, selon Serge Airaudi, est déjà en rupture avec la conscience historique. Il ne va pas pour autant vers une indifférenciation. Malgré la globalisation par la finance et la diffusion des technologies, malgré l'émergence de la net-économie, il annonce une nouvelle forme d'universalisation, celle des consciences, mais certainement pas un monde « champ de betteraves ».

Un syndicalisme dual et dépassé

Le déclin syndical paraît sans fin. Dans le monde industriel, il n'y plus guère de pays, à l'exception peut-être de la Belgique, où il ne soit enrayé. Les pays nordiques n'y échappent pas, le modèle allemand non plus. En ce qui concerne la Communauté, la crise favorise un repli national généralisé, y compris chez ceux (Italie, Espagne) qui traditionnellement étaient les plus europhiles. Aujourd'hui, suprématie de l'économique et du budgétaire oblige, la confédération européenne des syndicats, à l'instar de la dimension sociale de l'UE, a quasiment disparu de la carte du jeu européen. Derrière ces constats, des tendances lourdes sont à l'œuvre que Metis a déjà abondamment abordées et commentées. Revenons sur trois d'entre elles.

Réveil social chez les émergents

Avec les émeutes qui ont secoué le pays ces derniers jours, le Brésil devient la dernière « success story » mondiale en date à faire face à une révolte sociale d'ampleur historique. La Turquie l'a précédé de peu avec le mouvement de la place Taksim, tandis que ses collègue des BRICS se sont tous retrouvés dans une situation similaire ces dernières années. De quoi relativiser la réussite insolente dont on affuble souvent les émergents

Par |2018-12-17T10:15:42+02:0019 juin 2013|Mots-clés : , , , |

Le « droit à la ville » au centre des luttes mondiales

Les affrontements se poursuivent en Turquie entre les forces de l'ordre et les contestataires de la place Taksim, après que le refus d'un projet immobilier se soit transformé en révolte ouverte contre le gouvernement Erdogan. Si des parallèles ont naturellement été dressés entre ces événements et le printemps arabe ou encore le mouvement des indignés, il semble qu'on puisse également y voir un exemple de ces « luttes pour la ville » dont le géographe David Harvey fait un des conflits centraux du capitalisme contemporain

Par |2018-12-17T10:15:42+02:0010 juin 2013|Mots-clés : , , , |
Load More Posts