Molière et le travail…

Pauvre Molière ! Il n'a guère mérité de se voir qualifier de « clause » : eût-il préféré « loi », « article », « arrêté », « alinéa », « codicille »... Ecrivain superbe, acteur, directeur de troupe, fondateur de plusieurs théâtres, il a beaucoup travaillé, il est même mort en travaillant. Faudra-t-il donc parler français (celui d'aujourd'hui, à défaut de celui de Molière) pour travailler sur un chantier de BTP donnant lieu à appel d'offre public, comme viennent de l'imaginer plusieurs collectivités ? 

Grand chantiers : le logement déplorable des travailleurs détachés 

Les employés du BTP suivent les chantiers. Quand il s'agit d'une production locale réalisée par des entreprises locales, les salariés retournent tous les soirs chez eux après leur journée de travail. Il n'en est pas de même pour les grands chantiers comme la construction des lignes de TGV, les grands ponts comme celui de Millau ou lorsque leur entreprise a gagné un appel d'offre pour un chantier lointain... Selon qu'ils sont « détachés » ou « déplacés », les salariés disposent de conditions de logements fortement différenciées. Pierre Maréchal analyse pour Metis le type de dispositifs mis en œuvre à partir de l'exemple de la construction de la LGV Tours-Bordeaux, et ce qu'il en est pour les salariés « détachés », venant d'autres pays d'Europe.

Par |2019-06-14T14:19:20+02:006 juillet 2015|Mots-clés : , , , |

Villes et transports : les vrais moteurs du développement chinois

On entend toujours dire : « la Chine est l'usine du monde ». Certes, c'est l'industrie manufacturière qui a été le moteur de la prodigieuse croissance du pays qui en 2011 assure 16% de la production mondiale (pour 5% en 1995), fabriquant par exemple 36% des voitures produites dans le monde. Mais un voyage aujourd'hui à Shanghai et dans les provinces du Sud Ouest montre surtout la place extraordinaire prise par les infrastructures de transport et l'urbanisation.