Quand le client roi note et juge…

La notation dont on use de plus en plus dans les services, et notamment dans l'économie collaborative, est un élément d'une « grammaire » de l'évaluation. C'est un outil en soi intéressant. Il est cependant insuffisant, techniquement, et plus que suspect dans l'ordre de la légitimité s'agissant de porter un jugement entre deux personnes reconnues « égales en dignité et en droit » ; un prestataire et un bénéficiaire. Son usage sans précaution est d'autant plus inquiétant que les instances de décisions instrumentées par la notation ne sont ni explicites ni surtout conventionnelles, bref, légitimées par une source ou une autre. Il est potentiellement le marqueur d'un abus de pouvoir et peut-être délétère, si les conséquences des jugements qu'il instrumente excèdent l'aide à la décision... pour devenir des arguments de gestion !  

Par |2018-12-17T10:17:57+02:006 février 2017|Mots-clés : , , , , , , , , |

Evaluation : ce que les sociétés de conseil nous réservent !

L'évaluation fait partie de la reconnaissance du travail. Le pire et le meilleur peuvent se côtoyer. La nouvelle mode de l'évaluation « en continu » signifie un retour en force de la norme et de son corollaire, la dualité du bien et du mal.

Par |2018-12-17T10:17:16+02:0029 novembre 2015|Mots-clés : , , , , , |

L’évaluation des salariés : simulacre nécessaire et utile, mais à quoi ?

D'un coté, l'évaluation des salariés est une prérogative patronale « inhérente au pouvoir de direction de l'employeur ». C'est un attribut du contrat salarial et du rapport de subordination, mais il ne dit rien de la manière d'y procéder, ni de ce que peut légitimement apprécier l'employeur, De l'autre, le principe « à chacun selon son travail »

Par |2018-12-17T10:14:33+02:0025 septembre 2011|Mots-clés : , , , , |

Oui, la notation des salariés est attaquable !

La notation ne fait pas partie des grandes « révolutions » annoncées comme devant transformer la façon de faire du business. Elle n'est pas dans la liste des innovations managériales ou prétendues telles. Elle ne s'est pas affichée dans la rupture ou l'écholalie du discours managérial. En revanche, elle a proliféré dans le courant des dispositifs d'évaluation comme une sorte d'évidence. Sans notation, le dispositif apparaît comme incomplet, inabouti. Sans la cerise, le gâteau est imparfait !

Par |2018-12-17T10:14:31+02:0016 septembre 2011|Mots-clés : , , , , |