Quand le client roi note et juge…

La notation dont on use de plus en plus dans les services, et notamment dans l'économie collaborative, est un élément d'une « grammaire » de l'évaluation. C'est un outil en soi intéressant. Il est cependant insuffisant, techniquement, et plus que suspect dans l'ordre de la légitimité s'agissant de porter un jugement entre deux personnes reconnues « égales en dignité et en droit » ; un prestataire et un bénéficiaire. Son usage sans précaution est d'autant plus inquiétant que les instances de décisions instrumentées par la notation ne sont ni explicites ni surtout conventionnelles, bref, légitimées par une source ou une autre. Il est potentiellement le marqueur d'un abus de pouvoir et peut-être délétère, si les conséquences des jugements qu'il instrumente excèdent l'aide à la décision... pour devenir des arguments de gestion !  

Par |2018-12-17T10:17:57+02:006 février 2017|Mots-clés : , , , , , , , , |

Mesurer le chômage en continu

Jean-Louis Dayan est un artiste (peut-être préfèrerait-il se définir comme artisan ?) rigoureux de la statistique, de l'emploi et du chômage. Aussi son article sur la mesure du chômage est-il passionnant dans sa confrontation des méthodes, de leur complémentarité et de leurs inévitables contradictions. Peut-on rajouter un peu de vécu de quelques (saurai-je dire combien ?) années à fréquenter avec assiduité ces données chiffrées ?

Par |2018-12-17T10:16:54+02:0027 avril 2015|Mots-clés : , , , , , , , |

Comment mesurer l’engagement professionnel des salariés

Au terme d'un mouvement qui a émergé dans les années 80 et 90, la majorité des grands groupes et un nombre croissant d'entreprises de taille intermédiaire (ETI) sont aujourd'hui dotés d'une façon ou d'une autre d'un processus et d'outils d'analyse et de mesure de l'engagement professionnel de leurs salariés, une notion pour le moins ambivalente...

Chômage : que faudrait-il mesurer ? 

C'est le B A BA du statisticien : pas de mesure rigoureuse sans définition précise et stable de l'objet à mesurer. Pour le chômage, le Bureau International du Travail (BIT) l'a posée de longue date: un chômeur est une personne sans emploi, à la recherche effective d'un emploi et disponible immédiatement pour l'occuper. Simple a priori, et conforme au bon sens, cette trilogie soulève pourtant, à l'épreuve des situations concrètes, une foule de questions. Dans cette deuxième partie de son article sur la mesure du chômage, Jean-Louis Dayan s'interroge sur ce que les statistiques ne mesurent tout simplement pas.

Taylorisme 2.0 : comment mesurer le travail dans l’économie numérique ?

Si l'on en croit le dictionnaire, mesurer, c'est « déterminer la valeur de certaines grandeurs par comparaison avec une grandeur constante de même espèce prise comme étalon ». Mais avec l'intrusion et la diffusion du numérique en entreprise, l'étalon s'emballe et la mesure se mue en démesure. Que faut-il faire pour éviter la dérive vers un taylorisme 2.0 ?

L’erreur de calcul : à l’assaut des « superstitions économiques »

« L'erreur de calcul » est un livre de combat. Dans un texte court, souvent drôle, vibrant toujours, Régis Debray s'insurge contre la religion ambiante, celle du « salut par la tune ». Il admet qu'il faut « savoir compter la peine des hommes et évaluer le prix des choses », salue l'esprit d'entreprise « irremplaçable facteur de dynamisme », mais refuse que la politique finisse en statistique, la charité en business et l'humanitaire en filière. Il comprendrait qu'un premier ministre apprécie et considère les entreprises et les entrepreneurs mais condamne les déclarations d'amour qu'il leur fait.

Par |2019-06-12T11:13:58+02:0013 avril 2015|Mots-clés : , , , , , |

Chômage : que mesure-t-on ? 

En février, le nombre mensuel des demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (disponibles pour travailler et n'ayant pas travaillé dans le mois) a augmenté de 12 800 (+ 0,4%), effaçant pour partie la baisse de janvier, qui était son premier recul significatif depuis octobre 2013. Ainsi mesuré, le chômage a augmenté depuis cette date de 195 000 (+ 5,9 %), et côtoie depuis décembre le seuil fatidique de 3,5 millions. C'est dire que la promesse présidentielle d'une inversion de la courbe en 2013 n'a pas été tenue (ce qu'on savait déjà), mais aussi qu'il est hasardeux de voir dans un seul résultat mensuel l'indication d'un changement de tendance. Une hirondelle ne fait pas le printemps, un retournement durable ne pouvant venir que d'une reprise consistante des embauches, en réponse à l'amélioration de la conjoncture. En la matière, nous n'en sommes au mieux qu'aux frémissements.

Par |2018-12-17T10:16:52+02:006 avril 2015|Mots-clés : , , , , , , , , |

Thales : mesurer les services

Le groupe Thales a initié, conçu et déployé depuis 2012 un dispositif de gestion de l'ensemble du « Facility Management ». Cela recouvre des services multi techniques d'entretien des bâtiments, des équipements (climatisation, chauffage), des espaces verts, les aménagements de bureau et petits travaux, mais également la propreté, l'accueil, la sécurité, la restauration. Comment a-t-il contourné la difficulté à gérer et évaluer ce qui n'est pas mesurable ? Nicolas Cugier, Directeur des services généraux du Groupe Thales nous répond confiance, coopération, qualité relationnelle.