Le bon gouvernement

Le dernier livre de Pierre Rosanvallon Le Bon gouvernement poursuit l'enquête sur la vraie vie des démocraties, celle qui apparaît lorsqu'on ne les réduit pas à l'élection à intervalle régulier de ceux qui vont légiférer et gouverner. Mettant de côté les corps intermédiaires, l'invisibilité des vies ordinaires (Metis raconter la vie. Sept 2014) ou les idées d'égalité et de singularité, il s'interroge cette fois sur le pouvoir exécutif et plus précisément sur ce qui fonde le sentiment de nombre de nos concitoyens d'être « mal gouverné ».

Les inégalités de destin…

En utilisant l'expression « Revenu universel d'activité » pour qualifier ce qui sera une allocation unique regroupant plusieurs « social benefits », Emmanuel Macron et Agnès Busyn ont remis en lumière les questions du lien entre revenu et travail.

Homo democraticus contre homo economicus

Plusieurs articles récents dans Metis, ainsi qu'une excellente vidéo humoristique, posent à propos du « mouvement des entreprises libérées » la question essentielle des relations managériales et de l'autonomie au travail. Lors de la diffusion du documentaire « Le Bonheur au travail » j'avais publié un commentaire mi-chèvre mi-choux sur la présentation qui en était faite. Sans être certain que nous ayons affaire à un véritable mouvement, je voudrais en interroger un autre aspect, celui de la communauté de travail, égalitaire, pacifiée et harmonieuse qu'elles prétendent réaliser et qui serait la condition du bonheur promis

Par |2018-12-17T10:17:22+02:0031 janvier 2016|Mots-clés : , , , , , |

Raconter le travail

Raconter la vie, tel est le propos (ce n'est pas rien !) de la nouvelle collection de petits livres édités par Pierre Rosanvallon et Pauline Peretz, avec un site du même nom. Raconter la vie, c'est donc aussi, raconter le travail. Le constat de départ est connu et, sans doute, partagé par beaucoup d'internautes lecteurs de METIS : nos représentants, politiques, syndicaux, intellectuels médiatiques et médiatisés, sont à côté de la plaque. 

Par |2018-12-17T10:16:24+02:0015 juillet 2014|Mots-clés : , , , , |

Inégale égalité

Le dernier livre de Pierre Rosanvallon est au cœur de la question de la démocratie sociale. Il s'ouvre sur cette affirmation fondamentale : « La démocratie affirme sa vitalité comme régime au moment où elle dépérit comme forme de société ». L'accroissement des inégalités de toutes sortes, les écarts entre les très riches et les pauvres, la ghettoïsation empêchent de « faire société » et mine la cohésion sociale

Par |2018-12-17T10:14:39+02:0015 novembre 2011|Mots-clés : , , |