Jeunes : « Lost in transition »

En travaillant sur ce dossier « Être jeune en 2018 », nous nous sommes tout à coup interrogés sur les parcours des jeunes autour de nous, les copains des uns, les enfants des autres. Voici quelques-uns des petits récits écrits dans la foulée de cette interrogation. Deux choses sont certaines. 1) Les parcours ne sont plus linéaires, organisés par des séquences prévisibles études/entrée dans la vie active/professionnalisation. 2) Donner aux jeunes au travers des « petits boulots » (d'étudiants ou non) une vision aussi indigne du travail est une horreur...

Le roman des 35 heures (Partie 2)

Comment passe t-on de la « libération du joug du travail » à l'épouvantail du peuple de droite (et quelquefois un peu du peuple de gauche). Quel historien/sociologue du travail réussira à reconstituer le si complexe itinéraire sociétal des 35 heures ? Ce texte n'a pas cette prétention, il veut juste poser quelques jalons qui pour certains relèvent de l'évidence partagée, pour d'autres de la conviction politique (évolutive avec le temps - ou l'âge ?). Voici la suite de l'article " Le roman des 35 heures ", dont la première partie a été publiée le 29 mars.

Le roman des 35 heures (Partie 1)

Comment passe t-on de la « libération du joug du travail » à l'épouvantail du peuple de droite (et quelquefois un peu du peuple de gauche). Quel historien/sociologue du travail réussira à reconstituer le si complexe itinéraire sociétal des 35 heures ? Ce texte n'a pas cette prétention, il veut juste poser quelques jalons qui pour certains relèvent de l'évidence partagée, pour d'autres de la conviction politique (évolutive avec le temps - ou l'âge ?)

Qui sont donc les personnes handicapées ?

Sera-t-on étonné qu'un grand flou règne en ce domaine ? Il existe une classification internationale du handicap : « terme générique pour les déficiences, les limitations de l'activité et les restrictions à la participation ». L'OMS a travaillé à produire un contenu consensuel de ces notions mais les marges d'interprétation restent importantes selon le degré de développement des systèmes sanitaires et d'accompagnement social. De plus, l'identification des personnes handicapées dépend largement, non pas de filières incontournables d'enregistrement administratif, mais de déclarations faites par la personne elle-même ou par son entourage. Qui ne veut pas se déclarer handicapé n'est pas compté comme tel.