Automobile : je t’aime moi non plus

Dès ses premiers développements, l'industrie automobile a été le creuset et le symbole de l'organisation du travail taylorienne et de la société de consommation de masse fordienne. Un bien lourd symbole et une histoire riche en rebondissements quant à la conception du travail ! L'usage de « véhicules personnels » comme l'on dit est aujourd'hui au cœur des contradictions des grandes métropoles surencombrées, polluées, salies et chronophages...

D’un métier à l’autre : histoire d’une conversion

Du câblage automobile à la blanchisserie industrielle : c'est le chemin atypique par lequel sont passés une cinquantaine d'ouvriers handicapés suite à la fermeture de l'usine Renault de Boulogne-Billancourt en 1992. Wenceslas Baudrillart, directeur d'Asnières Industries Adaptées, nous raconte les hauts et les bas de cette conversion si particulière.

Industrie automobile : nouvelle tectonique

L'industrie automobile reste au cœur de notre système productif, comme elle le fut lors du taylorisme, du fordisme ou du toyotisme. Alors que sur le devant de la scène médiatique se joue la tragédie des dettes souveraines, de l'austérité dans la sphère publique et des débats macro économiques, le tissu productif -et notamment les « modèles » sociaux qui en fait partie intégrante- se restructure à une vitesse vertigineuse

Par |2018-12-17T10:14:39+02:0016 novembre 2011|Mots-clés : , , , , |