ALIZE, un outil de développement économique, social et humain

Depuis plus de 20 ans, des grandes entreprises mettent à disposition ce qu'elles ont de plus précieux, les compétences de leurs salariés, au service de projets de développement portés par des PME et TPE dans les territoires où elles sont implantées. Elles le font sans obligation légale, sans pouvoir inscrire une quelconque ligne supplémentaire dans leur chiffre d'affaires. Elles le font à titre gracieux et avec enthousiasme. Patrice Péchon est l'animateur national du Réseau ALIZE (Actions locales en zones d'emploi). Il répond aux questions de Jean-Marie Bergère.

Par |2019-05-29T19:07:42+02:0018 février 2018|Mots-clés : , , , , , , , , , , |

Le territoire, espace de responsabilité sociétale et environnementale

Jusqu'à récemment, la RSE (responsabilité sociétale et environnementale) n'avait que faire de la notion de territoire... qui le lui rendait bien. C'était le temps de la RSE hors-sol, celle qui se développait dans la proclamation, sans incidence sur le réel, à l'abri de la direction de la communication. Mais aujourd'hui, la RSE devient une ressource organisationnelle des entreprises ; elle change leurs offres produits, leur stratégie, leurs facteurs de différenciation compétitive et jusqu'à leurs modèles d'affaires. Elle devient un objet de dialogue social et d'appropriation par les managers et les salariés. C'est donc le moment, pour la RSE, de partir à la découverte de ses territoires...

Le territoire, espace de responsabilité sociétale et environnementale

Jusqu'à récemment, la RSE (responsabilité sociétale et environnementale) n'avait que faire de la notion de territoire... qui le lui rendait bien. C'était le temps de la RSE hors-sol, celle qui se développait dans la proclamation, sans incidence sur le réel, à l'abri de la direction de la communication. Mais aujourd'hui, la RSE devient une ressource organisationnelle des entreprises ; elle change leurs offres produits, leur stratégie, leurs facteurs de différenciation compétitive et jusqu'à leurs modèles d'affaires. Elle devient un objet de dialogue social et d'appropriation par les managers et les salariés. C'est donc le moment, pour la RSE, de partir à la découverte de ses territoires...

Zones blanches

Le 21e siècle devait être celui des réseaux et de la glocalisation, « une économie dominée par le global et le local, où l'Etat n'est plus maître du jeu ». Les clusters, les pôles d'excellence, de compétitivité ou de coopération, les métropoles « propices à la rencontre entre la recherche, la finance et l'innovation » étaient l'objet de toutes les attentions, les circuits courts étaient parés de toutes les vertus économiques, sociales et environnementales.

Félicitations doubles à Pierre Veltz

Des félicitations très enthousiastes de toute l'équipe de Metis à Pierre Veltz. Il reçoit ces jours-ci deux prix très différents l'un de l'autre...et très significatifs de ses engagements d'homme d'action et d'intellectuel. Il reçoit en effet le Grand Prix de l'Urbanisme 2017 qui lui est remis par le ministre de la Cohésion des territoires. Et il vient de se voir décerner le prix du Livre d'économie 2017 pour son livre La Société hyperindustrielle.

Associations et collectivités locales : du face à face à l’innovation sociale

Avec la Loi Hamon en 2014, la Loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) en 2015, la Charte de 2014, le monde associatif se repositionne dans le tissu territorial. Les associations sont au plus proches des populations et développent avec les collectivités de véritables partenariats. Mais comment caractériser ces relations ? Du face à face à l'innovation sociale, Hugues Sibille, Président de la Fondation Crédit Coopératif et du Labo de l'ESS, répond aux questions de Metis.

Le droit à l’optimisme !

Il y a quelques semaines, Metis publiait un dossier « Combien de France dans le pays de France ? » avec des articles de Louis Gallois, Thierry Pech, Martin Richer, Pierre Veltz...La question est plus que jamais d'actualité en ces temps d'élections (suite en juin). Alors évidemment entre les deux tours des élections présidentielles, il était facile de faire des titres « Macron-Le Pen : les deux France ». Oui mais lesquelles ?

Les AMAP, l’économie collaborative les pieds sur terre

Mises en place en France au début des années 2000, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) constituent une forme originale de réseau agro-alimentaire alternatif profondément enraciné dans le territoire. On estimait en 2019 que plus de 3000 AMAP participeraient en France à l’instauration de circuits de vente directe. Des chiffres qui font de l’Hexagone un champion dans ce domaine en Europe. 

Vers une nouvelle relation entre la terre, le capital et le travail

Le modèle de l'agriculture familiale à la française a longtemps été caractérisé par la réunion entre les « mêmes mains » de la terre, du capital et de la force de travail. Comment évolue ce modèle aujourd'hui ? De nouvelles relations capital/travail, le développement d'un côté de la prestation de services agricoles, de l'autre du recours à un salariat « de flexibilité » font évoluer ce modèle historique partout dans le monde. Metis présente des extraits d'un article très complet d'Hubert Cochet, professeur d'agriculture comparée à AgroParisTech :

Réformes territoriales et enjeux sociaux

Parmi les grands pays européens, la France et le Royaume Uni sont sans doute ceux qui ont, à ce jour, le moins décentralisé leurs systèmes de pouvoirs. Or, ces deux pays vont faire face très bientôt et pour des raisons très différentes à des réformes majeures. Leurs systèmes de pouvoir vont s'en trouver profondément modifiés. Seront-ils mieux à même de répondre aux grands enjeux socio-économiques du monde contemporain ?

Charger les articles suivants