Réalités religieuses au travail : que faire ?

Depuis plus de 15 ans, la France, comme beaucoup de pays européens, connaît un regain du débat public lié à des questions religieuses. Montée de perceptions et de revendications communautaires plus marquées, développements d'un islam plus rigoureux - voire très radical - malaise d'une partie de la communauté juive, réformes sociétales parfois mal perçues parmi la population qui se dit croyante, utilisation clivante du religieux dans le discours politique : comment cela est-il perçu par le monde professionnel ? Comment agir ? Metis reprend ici les grandes lignes d'une note qu'ASTREES a rendue publique le 9 septembre dernier lors d'un petit déjeuner co-organisé avec RDS.

Logement et sécurisation des mobilités géographiques 

Alors que le taux de chômage ne cesse de battre des records et que la France semble ne pas se remettre de la crise sans précédent de la fin des années 2000, une succession de rapports officiels appellent à une plus grande mobilité des actifs pour améliorer le fonctionnement du marché du travail et la compétitivité du pays. La thématique largement reprise dans le monde politique des « emplois vacants » vient appuyer ce diagnostic : il y aurait en France des centaines de milliers d'emplois vacants prêts à être pourvus si les salariés acceptaient de se montrer plus mobiles. Thomas Sigaud, chercheur en sociologie, analyse pour Metis les enjeux de la mobilité géographique des salariés en France.

Réforme du contrat de travail : tarte à la crème ou nécessité ?

Le CDI, présenté par la loi comme « forme normale et générale du contrat de travail », est rendu responsable de nombreuses contraintes qu'il fait peser sur les employeurs. Les réformistes plaident pour un assouplissement du contrat de travail, sensé favoriser la croissance et améliorer la compétitivité des Etats. Mais qu'en est-il des contreparties en échange d'un emploi plus facile à rompre ? Dans une perspective comparée, Jean Louis Dayan questionne pour Metis les contours de la réforme du contrat de travail.

Michel Rocard : « Si la Grande Bretagne quittait l’Europe, je titrerais Hourra ! »

A l'occasion des élections du 7 mai au Royaume Uni, Metis republie l'interview donnée par Michel Rocard, ancien premier ministre français (1988-1991) et eurodéputé socialiste (1994-2009). Prédominance de la pensée monétariste, réapparition de la pauvreté: pour lui, l'Europe peut faire face. À condition de redémarrer sur un projet fédéraliste.

Réforme du marché du travail, encore un effort ?

Les débats autour de la loi Macron l'ont illustré une fois de plus : pour les tenants de la réforme structurelle, la France reste un mauvais élève en Europe ; pire, un élève qui triche en voulant leurrer les gendarmes bruxellois à coup de réformettes sans consistance, dans l'espoir de se soustraire à LA réforme, la vraie, la seule capable de ramener compétitivité, croissance et emploi. Mais n'est-ce pas là un mythe ?

Réformes structurelles en Europe : des économistes au-dessus de tout soupçon ?

Le Conseil européen du 18 décembre 2014 a entériné le « plan Juncker » de relance pour l'Europe et appelé à la création, au sein de la Banque Européenne d'Investissement, d'un nouveau Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFIS), qui serait doté de 21 milliards d'euros, et viendra en soutien dudit plan. Les propositions législatives de la Commission européenne sont attendues pour début 2015, et la mise en place du Fonds pour le milieu de l'année. Comment tout cela se combinera-t-il avec la mise en oeuvre des réformes dites structurelles ? 

Mini jobs ?

Tel est le nom de ces jobs à « 1 € » subventionnés par les pouvoirs publics en Allemagne au titre des réformes du marché du travail décidées sous Gerhard Schröder. Et avec les résultats contrastés que l'on sait : un effet emploi non négligeable mais qui ne peut être dissocié d'un dynamisme plus général de l'économie allemande extérieur à ce type de réformes ; une économie voire une société duale permettant à l'Allemagne de pratiquer un dumping social que l'on croyait réservé à l'Est proche ou extrême !

Allemagne : un succès économique dû aux réformes du marché du travail ?

Les réformes du marché du travail dites « Hartz » du nom de son promoteur, ex DRH de Volkswagen, expliquent-elles les succès actuels de l'économie allemande ? Pas vraiment et pas si simple dit Matthias Knuth de l'Institut Travail et Qualification de l'Université de Duisbourg-Essen dans une étude publiée en janvier 2014 par le Conseil Economique et Social Européen.

Transition énergétique : un dialogue social émergent

La transition énergétique est le défi du début du 21ème siècle. Cette transition engage une modification des politiques orientées par la demande vers une politique orientée par l'offre, d'une production centralisée vers une production décentralisée. Jeremy Rifkin qualifie cette transition de « troisième révolution industrielle » . Au-delà de ces impacts économiques et environnementaux, cette transition a des implications sur les « marchés du travail

Par |2019-06-14T14:24:40+01:0014 octobre 2013|Mots-clés : , , , |
Charger les articles suivants