2017, année cathartique

2016 ne se termine pas aussi tristement que 2015. En Europe à tout le moins. C'est déjà ça. Pour autant, cette année nous laisse un goût amer, mélangeant déceptions, occasions manquées, lassitude et incompréhensions vis-à-vis d'un monde aux prises avec des forces peu éclairées, pour ne pas dire obscures. Alors, que nous souhaiter de beau pour 2017 ? Santé et bonheur sûrement ; amour, gloire et beauté, si vous préférez ! Mais il est d'autres formules, d'autres vœux, plus inhabituels, auxquels nous pourrions penser

Préserver notre modèle social ?

On l'entend souvent de la part des plus hautes autorités politiques face aux inquiétudes déclenchées par des cycles récurrents de réformes : nos modèles sociaux seront préservés. De Paris à Stockholm, de Bruxelles à Berlin, cette antienne se veut rassurante. Mais l'est-elle vraiment, alors que se multiplient les rafistolages d'une part, les transformations socio-économiques et technologiques de l'autre ?

Politique de l’offre et gauches européennes

Comment résister au déclin ? Comment innover et produire demain ? Et ce dans un contexte de mondialisation agitée, pour ne pas dire guerrière, de mutations technologiques, démographiques et politiques en tous genres ? Difficile dans les circonstances actuelles que Metis ne dise rien. Pour beaucoup de décideurs, la potion magique tient en quelques mots : la logique de l'offre. Y a-t-il là une pensée de droite ?

Les multinationales, vecteurs de démocratie dans les entreprises ?

On les retrouve partout : que ce soit Danone, Auchan ou GDF Suez, les multinationales françaises sont des acteurs économiques majeurs dans les pays d'Europe centrale et orientale. Dans le contexte de la transition économique et sociale de la région depuis son entrée à l'Union Européenne, on peut se poser la question : quel est le rôle joué par ces compagnies dans la diffusion du modèle de relations sociales français dans leurs filiales ?

Hongrie : la fin de l’Etat providence ?

Si la déconstruction des modèles sociaux nationaux et la flexibilisation des relations de travail s'infiltrent aujourd'hui jusque dans les bastions historiques de l'Etat providence, celles à l'oeuvre dans les nouveaux Etats membres d'Europe centrale et orientale soulèvent nombre d'interrogations.

Recherche modèle social … désespérément ?

Presque dix ans après le grand élargissement de 2004, notre compréhension des pays de l'Est se limite souvent à des stéréotypes tels que le traditionnel mythe du plombier polonais. Il est vrai qu'on peut se poser la question : depuis leur entrée dans l'Union, les entrants développent-ils leur propre modèle social européen ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre un article de Cristina Neesham et Ileana Tache dans le International Journal of Economics

Le modèle social européen agonise

« L'austérité conduit à une Europe de plus en plus éclatée et divergente, une Europe à plusieurs vitesses » constate l'Institut syndical européen. Les Etats du Sud de l'Europe et certains à l'Est sont en voie de « sinisation » ! En témoignent les baisses de salaires, la dégradation des systèmes de protection sociale, la panne de croissance et l'augmentation des dettes souveraines

« Plus de flexibilité pour les entreprises, c’est plus de sécurité pour les salariés »

Telle est selon Philippe Bigard, directeur de l'Institut du Leadership BPI, la philosophie de l'accord interprofessionnel (ANI) sur la sécurisation de l'emploi signé en janvier dernier. Il analyse l'équilibre général de l'accord, sa contribution à la refondation de notre modèle social, les accords de maintien dans l'emploi et d'autres aspects de ce texte qu'il qualifie d'inespéré

Modèles d’avenir ou musées sociaux ?

La parenthèse des fêtes, ce moment privilégié pour beaucoup de retrouver avec famille et amis, se referme... L'année qui commence s'annonce agitée dans bien des domaines qui touchent Metis. 2012 nous a permis d'échapper au pire mais chacun sait, sent, craint que rien ne soit vraiment réglé. L'Europe, disent certains, ne se présente pas si mal que cela : elle a encore de beaux atouts, un niveau de vie moyen confortable, des entreprises performantes, un modèle social envié par beaucoup dans le monde... Certes, mais la défiance des citoyens à son égard a atteint des niveaux inégalés et la panne de projet, que révèle entre autres le débat sur la sortie possible de la Grande Bretagne ou encore le dernier budget adopté par l'Union, est désolante. Mais le fait que nous soyons installés pour longtemps dans un tunnel dont il est difficile d'apercevoir la sortie, ne doit surtout pas nous bloquer dans la construction de futurs plus enthousiasmants...

Jean Kaspar: «le modèle social de La Poste atteint ses limites»

Jean KASPAR, président de la Commission du Grand Dialogue de La Poste, a remis le 27 mars dernier son rapport sur le bien-être au travail. Si l'annonce de 5000 embauches a retenu l'attention, l'essentiel des préconisations est ailleurs, il y va de l'avenir du modèle économique et social de l'entreprise. Quelles sont les causes du malaise social et les solutions pour y remédier ? Entretien

Load More Posts