Bonne nouvelle : l’Europe est vivante

Il y a quelques mois, on a craint que l'extrême droite autrichienne ne l'emporte : finalement c'est le candidat écolo-centriste qui est devenu président. Le risque n'a cependant pas disparu et de nouvelles élections auront lieu au printemps 2018. Les Européens ont aussi eu très peur lors des élections aux Pays-Bas et plus encore lors des présidentielles en France, pays qui reste aux yeux des autres un symbole de liberté et d'idées progressistes

Travail : en marche pour quelle réforme ?

Entre le flou prudent du programme présenté début juin aux partenaires sociaux et les pistes explosives « fuitées » peu après dans Libération, il était difficile de savoir jusqu'où le gouvernement Philippe voulait aller dans sa réforme du marché du travail. Tel qu'intercepté cette fois par Le Monde, le projet de loi d'habilitation présenté le 28 juin en conseil des ministres devrait exclure les chiffons rouges, mais pas les sujets qui fâchent. A la veille du débat parlementaire, c'est moins cependant le contenu circonstancié de la réforme qui importe ici que sa logique et ses intentions

Michael Piore: « Si nous voulons garder les bénéfices liés à la globalisation, alors… » 

Michaël Piore est un économiste américain renommé du MIT (Massachusetts Institute of Technology) de Boston. Il revient pour Metis sur les hypothèses de la segmentation des marchés du travail dont il fut le précurseur dans les années 70 et nous parle de ce qui a changé des deux côtés de l'Atlantique. Flexicurité, transformations du travail, globalisation, programme démocrate pour les élections présidentielles : ses propos ne manqueront pas de nous interpeler !

L’Europe d’après-crise : inquiétudes et lucidité 

Où en sont les différents pays européens 7 ans après la crise commencée en 2008 ? On sait que la France est très portée sur le pessimisme et l'auto-flagellation. De nombreuses études montrent des citoyens français de tout type plus pessimistes que dans les autres pays : c'est sans doute qu'on ne regarde pas assez les autres. L'Europe d'après la crise ne sera pas celle d'avant. Il ne s'agit pas d'être trop sombre mais juste, lucide.

Les emplois atypiques ne sont plus ce qu’ils étaient 

CDD, temps partiel, intérim mais aussi et de plus en plus stages, entrepreneuriat, portage salarial: les formes de l'emploi atypique ne cessent de se diversifier. Mais si certaines prospèrent, d'autres stagnent ou restent marginales. Christophe Everaere, professeur de sciences économiques à l'IAE Université de Lyon 3, revient pour Metis sur la notion d'emploi atypique et interroge les nouvelles sécurités du salariat contemporain.

Mutations des formes d’emploi dans une Europe en crise : de nouvelles sécurités ?

La crise économique a donné lieu à de nombreuses évolutions en ce qui concerne les législations du travail et l'emploi en général. Elles se sont notamment traduites par la mise en place de nouvelles formes d'emploi : certains Etats membres ont ainsi créé des contrats de travail inédits. Ces mutations des formes d'emploi contribuent à modifier profondément et durablement la composition du marché du travail et se traduisent souvent par une précarisation accrue. Peut-on dès lors imaginer de nouvelles sécurités ou  un cadre protecteur plus approprié à ces travailleurs d'un nouveau genre ?

« Plus de flexibilité pour les entreprises, c’est plus de sécurité pour les salariés »

Telle est selon Philippe Bigard, directeur de l'Institut du Leadership BPI, la philosophie de l'accord interprofessionnel (ANI) sur la sécurisation de l'emploi signé en janvier dernier. Il analyse l'équilibre général de l'accord, sa contribution à la refondation de notre modèle social, les accords de maintien dans l'emploi et d'autres aspects de ce texte qu'il qualifie d'inespéré

Emploi : comment gagner « la Troisième Guerre mondiale »

Ce n'est pas lui qui souscrirait à la célèbre formule des années quatre vingt-dix : « le travail, une valeur en voie de disparition ». S'affirmant gaulliste social, proche de François Fillon, Jérôme Chartier veut au contraire le réhabiliter et il déplore qu'il soit aujourd'hui systématiquement associé à l'idée de souffrance

Par |2018-12-17T10:15:31+02:0022 mars 2013|Mots-clés : , , , , , |

Bernard Gazier : l’accord sur l’emploi n’est ni historique, ni négatif

L'accord interprofessionnel sur la sécurisation de l'emploi est très controversé : les uns dénoncent une régression majeure du droit du travail et une menace sur la qualité de l'emploi de tous, et les autres saluent une avancée majeure. Pour proposer une appréciation, trois étapes sont logiquement nécessaires. Il faut d'abord revenir sur la démarche générale de l'accord, ensuite examiner la manière dont le processus parlementaire le rationalise, l'encadre et le transcrit, pour enfin aller dans le détail des mesures.

Par |2018-12-17T10:15:28+02:0024 février 2013|Mots-clés : , , , , , , |
Charger les articles suivants